article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°115 - mai & juin 2016

Combat(s) de là-bas

Philippe Ranaivomanana
L’évêque malgache
des sans-terre

A Madagascar, dans son diocèse d’Antsirabe perché sur les hauts plateaux, à 1 500 mètres d’altitude, Philippe Ranaivomanana, 67 ans, vit aux côtés des paysans les moins nantis. Il défend leur accès à la terre et à un meilleur rendement dans leurs cultures. Rencontre avec un évêque en quête de justice sociale et d’harmonie.

Lorsqu’il porte sa tenue de ville, Mgr Philippe Ranaivomanana rehausse parfois son épiscopale poitrine d’un petit lémurien en bois monté en pendentif. « Ce bijou ludique étonne mes interlocuteurs, mais j’y suis attaché, précise-t-il, amusé. Le lémurien est un animal emblématique chez moi. Il symbolise l’incroyable richesse de notre biodiversité, qui compte 10 000 plantes endémiques et une faune unique au monde. »
Cependant, l’avenir incertain de ces paisibles primates menacés par la déforestation et la chasse est également, et malheureusement, emblématique de la réalité de Madagascar où, s’insurge l’évêque, « on gaspille inutilement nos ressources ».
En un siècle, la généralisation de la culture sur brûlis (les champs sont défrichés par le feu), l’exploitation du bois et des mines, l’usage du charbon de bois comme combustible ont entraîné la disparition des quatre cinquièmes de la forêt malgache. Une déforestation parmi les plus importantes au monde. « Chez nous, 85 % de la population est paysanne et ne sait toujours pas lire et écrire, explique-t-il. La pauvreté pousse les populations à négliger l’environnement. La destruction de l’environnement accroît la pauvreté. L’île est prise dans un engrenage infernal. »

« Il faudrait une minirévolution »
Philippe Ranaivomanana est un fils de paysan devenu évêque. « Je vois ma nomination comme une injonction à me mettre au service des gens », nous explique-t-il.
En 1977, il est ordonné prêtre à 28 ans et s’engage auprès des gens ordinaires, paysans et citoyens qui espèrent un avenir meilleur dans un pays devenu indépendant.
Justice pour tous, accès à la terre, à des soins de santé et à une instruction de qualité : le jeune prêtre est de tous les combats. Et n’hésite pas à bousculer le pouvoir en place.
A l’époque, Madagascar est une république démocratique autoritaire dirigée par un ancien officier de marine, Didier Ratsiraka, surnommé « l’amiral rouge ».
« Je recevais d’innombrables coups de téléphone, mais je m’en moquais. A la fin de l’époque socialiste, dans les années 85-90, j’ai même reçu des menaces physiques, mais aujourd’hui tout cela, c’est fini. »
Nommé évêque en 1999, l’homme poursuit son engagement auprès des paysans pauvres. Son diocèse d’Antsirabe est perché sur les hauts plateaux, à 1 500 mètres d’altitude. « Notre montagne est belle (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Photo : Entraide et fraternité

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Le Nomade des mers :
et vogue la débrouille !

Le 23 février dernier, le Nomade des mers a pris le large au départ de Concarneau, en Bretagne. (...)

Lire la suite

Le train
gratuit pour tous

Afin d’instaurer plus de justice sociale, de réduire les émissions de CO2 et de désengorger les (...)

Lire la suite

Bernard Delville
Porté par le vent

Ingénieur de formation et digne héritier de Mai 68, Bernard Delville est un pensionné… (...)

Lire la suite

De nouvelles coopérations urbaines

Pour réaménager les villes, les pouvoirs publics ne réfléchissent plus seuls dans leur coin. Ils (...)

Lire la suite

Smart :
une nouvelle coopérative
d’intérêt collectif

Le 28 juin prochain, la Société mutuelle pour artistes (SMart) va devenir la plus grande (...)

Lire la suite

Tourner la page

En Afrique, de nombreux chefs d’Etat s’accrochent à leur parcelle de pouvoir. Mais l’existence de (...)

Lire la suite

La crise de l’asile
ou le suicide de l’Europe

Ce que les médias européens qualifient de « crise des réfugiés » est en réalité une crise de l’asile. (...)

Lire la suite