article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Publié dans notre magazine n°Se retrouver

Publié dans notre magazine n°Se retrouver

Publié dans notre magazine n°Se retrouver

Publié dans notre magazine n°115 - mai & juin 2016

Environnement

Vertueuses légumineuses

Pois chiche, soja ou encore lentille : ces plantes de la famille des légumineuses sont à l’honneur cette année. L’Assemblée générale des Nations unies a en effet proclamé 2016 « Année internationale des légumineuses ». L’occasion de revenir sur les bienfaits uniques de ces aliments pour l’environnement.

Riches en protéines, en fer, en fibres et appréciable source d’énergie, les légumineuses appartiennent, comme le rappelle Bernard Bodson, professeur à Agro-Bio Tech Gembloux (ULg), « à une famille botanique qui comprend une large gamme d’espèces, des graines comme le soja, le pois ou la lentille, mais également des gousses comme les haricots, ainsi que des légumineuses fourragères telles que le trèfle, des produits destinés à l’alimentation animale ».
Mais ces légumineuses n’ont pas que des vertus nutritionnelles. Elles ont aussi un impact positif sur notre environnement. Aujourd’hui, l’agriculture traditionnelle est responsable d’une proportion significative d’émissions de gaz à effet de serre (GES). Rien qu’en France, « 20 % de ces émissions sont liées à l’activité agricole. Et la moitié d’entre elles provient des engrais azotés », précise Cyrielle Denhartigh, responsable agriculture et alimentation pour l’association française Réseau Action Climat. Des engrais qui émettent, pendant et après l’épandage, un gaz appelé protoxyde d’azote.
La culture de légumineuses permet quant à elle d’éviter le recours aux engrais : « Ce sont les seules plantes capables de synthétiser l’azote, explique Bernard Bodson. À la base de leurs racines se forment de petites excroissances remplies de bactéries présentes dans le sol. Ces bactéries captent l’azote dans l’air et le transforment en nitrate, la principale nourriture des plantes. »
Autre avantage : couplées à d’autres cultures, les légumineuses « vont davantage synthétiser l’azote dont elles ont besoin et donc nourrir les plantes voisines », ajoute Bernard Bodson.

Des protéines importées
Et pourtant, en Belgique, selon les chiffres de 2014 livrés par le SPF Economie, la culture de ces légumes secs ne représente qu’une partie infime de la production, soit 1 979 hectares sur une superficie agricole totale de 1,333 million d’hectares. Aujourd’hui, la consommation annuelle de légumineuses dans le monde se situe (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Photo : cc Kenneth Leung

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


« La fratrie, c’est un laboratoire de vie »

Docteur en psychologie et maître de conférences à l’Université de Liège, Stéphanie Haxhe s’intéresse (...)

Lire la suite

Le jeu vidéo
au service de la santé

Aujourd’hui, des studios de jeux vidéo développent des logiciels à destination du milieu médical. (...)

Lire la suite

L’âme au bord des lèvres

Philosopher dans l’Antiquité, c’est apprendre à vivre et à mourir, apprendre à affronter les aléas (...)

Lire la suite