article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Prendre le temps


Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°115 - mai & juin 2016

Pause(s)

Holi,
la fête des couleurs

Pascal Mannaerts est photographe autodidacte. Avocat pendant dix ans spécialisé dans le droit des étrangers, il a décidé de se lancer dans la photographie, une passion qu’il découvre lors de ses nombreux voyages [1] Son reportage « Holi » a été réalisé en 2013 et 2015 à Vrindavan, une ville sainte située au nord de l’Inde. Holi, c’est la fête du printemps qui célèbre la nouvelle saison et le début de la moisson. Un moment fort dédié au dieu Krishna et à d’autres divinités. Pendant dix jours, les hindous se rendent au temple en famille, en amis ou seul. En journée, une statue de Krishna est montrée dans les temples toutes les 30 minutes mettant la foule en émoi. Le soir, des feux sont allumés et les habitants partagent différentes spécialités culinaires comme le thandaï, un mélange de lait, d’amandes et de cannabis.
Pendant la Holi, appelée aussi « fête des couleurs  » ou « Phalgunotsava », tout le monde s’asperge de pigments colorés. Ceux-ci sont souvent synthétiques et contiennent parfois des métaux lourds ou des produits chimiques. A chaque couleur correspond une signification spirituelle. L’Inde est le deuxième pays le plus peuplé au monde (1,3 milliard d’habitants). Il s’appuie sur un système de castes à la fois héréditaire, endogame et très hiérarchisé. Sa Constitution (art.15) interdit les discriminations fondées sur les castes, mais dans la pratique, elles sont encore très nombreuses. Lors de la Holi, tous les Indiens sont de la partie. C’est un moment rare de partage, d’égalité et de fraternité. Tout le monde est couvert de couleurs et les barrières sociales habituelles tombent le temps de la fête.
« Je n’avais jamais vu un évènement pareil dans ma vie , raconte Pascal Mannaerts, qui connaît bien l’Inde. Un jour, nous étions tellement serrés que j’ai décollé du plancher. J’avançais sans toucher le sol, emporté par la foule. Cette fête, c’est un pur bonheur. Les gens sont si accueillants, encore plus lorsqu’ils repèrent que tu es un étranger. Ils veulent partager leur bonne humeur et leur tradition. » Elisabeth Evrard (st.)

=> Voir l’intégralité de ce portfolio dans notre magazine.

Portfolio

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Frédéric Lenoir
« Le bonheur,
c’est contagieux »

Philosophe, sociologue, historien des religions et auteur de livres à succès, Frédéric Lenoir (...)

Lire la suite

Pas de trêve pour le nucléaire

La silhouette ensanglantée et hagarde de l’inspecteur Yoann Peeters a, pendant plus d’un mois, (...)

Lire la suite

Dans le Ventre
de la Baleine

Depuis octobre dernier, Le Ventre de la Baleine a pris possession des flots. Rénovée de manière (...)

Lire la suite

Derrière les partitions,
la vie

Inspirée d’une méthode lancée au Venezuela, El Sistema Belgique apprend à 150 instrumentistes et 3 (...)

Lire la suite