article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°116 - juillet & août 2016

Bonnes nouvelles

Fin du charbon en Belgique

La centrale électrique de Langerlo, près de Genk, dans le Limbourg, a brûlé ses derniers galets de charbon en avril dernier. Cette centrale électrique d’une capacité de 556 mégawatts était la dernière de Belgique à encore fonctionner avec du charbon, combustible particulièrement dévastateur pour le climat en raison de ses dégagements de gaz à effet de serre. Après Chypre, le Luxembourg, Malte et les trois États baltes, la Belgique est le septième pays de l’Union européenne à se passer du charbon.
Jusqu’à l’année dernière, les énergies fossiles (charbon et gaz) représentaient la première source de production électrique (38,4 %) en Belgique, juste devant le nucléaire (37,5 %). Dorénavant, les énergies fossiles passeront au second rang, avant de diminuer encore, espérons-le. En 2014, 23,9 % de notre électricité était issue des énergies renouvelables, parmi lesquelles la biomasse et l’incinération des déchets venaient en tête avec 9,1 % de la production électrique totale. La conversion de la centrale de Langerlo du charbon vers les pellets de bois viendra conforter la place de la biomasse. J.-F.P.

Le Sud investit dans le renouvelable

L’année dernière, les pays émergents et en développement ont investi 156 milliards de dollars (137 milliards d’euros) dans les énergies renouvelables, soit plus de la moitié des 289 milliards de dollars (254 milliards d’euros) totaux injectés dans le secteur. La Chine vient très largement en tête du classement avec 103 milliards de dollars (90 milliards d’euros) dépensés dans les renouvelables. L’Empire du Milieu sécurise ainsi ses approvisionnements énergétiques, prend le leadership d’un secteur très en vue depuis que la communauté internationale se mobilise contre les changements climatiques et trouve une énergie bon marché, le prix des énergies renouvelables s’étant fortement érodé. Au total, les pays du Sud ont augmenté leurs investissements de 19 % par rapport à 2014, tandis que les pays développés les réduisaient de 8 %. Le plus frappant reste cependant le taux de pénétration des énergies renouvelables. Au Sud, une part très importante de la population n’a accès qu’à une électricité renouvelable au travers de très petites installations. Il s’est vendu 530 000 lampes électriques solaires l’année dernière. Ces petites installations éclairent 15 à 20 % des foyers dans le monde. Les micros installations hydro-électriques alimentent 20 % de la population et 15 % des ménages utilisent désormais une cuisinière économe en combustible. J.-F.P.

=> D’autres « bonnes nouvelles » à lire dans notre magazine.

Illustrations : Christophe Jadin

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Tribunal Monsanto :
le procès
de l’agro-industrie

En octobre prochain, un collectif de juristes et d’ONG va mettre sur pied un tribunal (...)

Lire la suite

Sébastien Kennes,
le relieur

Il est partout, Sébastien Kennes. Pour Agir contre le TTIP [1], arracher des OGM et planter des (...)

Lire la suite

Les lanceurs d’avenir

Un parcours urbain végétalisé Durant tout l’été, la Cité ardente propose aux visiteurs un grand (...)

Lire la suite