article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°116 - juillet & août 2016

Du Nord au Sud. Et à l’envers.

La conquête latino
des « Chinos »

La Chine est partout en Amérique latine. Pour vendre ses produits low cost, s’approvisionner en matières premières et investir dans des mégaprojets (mines, barrages…). Une présence profitable dans un premier temps (hausse du pouvoir d’achat, paix sociale…), mais qui aujourd’hui, face au déclin de leur croissance, plonge certains pays dans une sérieuse crise économique.


D.R.

Les Chinos, nouveaux conquistadors d’Amérique latine ? « Les produits chinois sont effectivement très prisés par les familles péruviennes, constate David Velazco, travailleur social à Lima. Ils peuvent consommer à bas prix, même si ces articles sont réputés de piètre qualité, et on trouve de tout sur le marché : des vêtements, de la téléphonie, de l’informatique, des motos et même en décembre des articles spécifiques pour Noël. » Une déferlante d’objets de consommation low cost qui s’accompagne de la présence, sur tout le continent latino, d’une diaspora chinoise de plus en plus importante et d’échanges commerciaux qui vont en grandissant.
En Argentine, la communauté des Chinos, a doublé de taille en dix ans, passant de 60 à 120 000 personnes. Et elle détient plus de 25 % du marché de la grande distribution.
« Ce rapprochement entre la Chine et l’Amérique latine a eu lieu au tournant de l’an 2000, rapporte Christophe Ventura, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (France). Il a rapidement bouleversé le quotidien des populations en proposant de meilleures conditions de vie. C’est surtout vrai pour “les nouvelles classes moyennes”, des familles issues des quartiers populaires qui, à partir de ce moment là, ont eu alors accès à de nouveaux biens de consommation. »
Cette montée en puissance de la Chine est intimement liée au virage à gauche amorcé par le continent au début du 21e siècle.
Arrivé au pouvoir en 1999, le colonel Hugo Chávez inaugure une politique sociale grâce à la rente du pétrole au Venezuela. D’autres pays voisins vont suivre en instaurant à leur tour des programmes visant à lutter contre la pauvreté. Le Brésil lance ses borsas familias, le Pérou ses juntos, la Bolivie ses bonos.
Ces systèmes d’allocations ciblent les classes populaires, qui vont voir (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Comment l’Allemagne va sortir du nucléaire

Dessin : Valentin Dellieu Pour réussir sa sortie du nucléaire, l’Allemagne peut se reposer sur sa (...)

Lire la suite

Une autre manière de réagir aux attentats,
vraiment ?

Très proches les uns des autres dans le temps et commis par le même mouvement terroriste, les (...)

Lire la suite

Accord Europe-Turquie :
les barbelés
de la colère

Courant 2015, Angela Merkel avait entrouvert la porte aux demandeurs d’asile syriens fuyant la (...)

Lire la suite

1 francophone sur 2 naît en Afrique

274 millions de personnes parlent le français dans le monde, dont un tiers vivent en Afrique ou (...)

Lire la suite

Fin du virage à gauche pour l’Amérique latine

Le virage à gauche opéré dans les années 2000 en Amérique latine semble interrompu suite à la crise (...)

Lire la suite

Du Nord au Sud.
Et à l’envers.

Biopiraterie : le pillage des ressources Durant des millénaires, les peuples ont élaboré une (...)

Lire la suite

Plus riches,
moins solidaires

Notre société s’est embourbée dans les inégalités économiques et sociales. De récentes études montrent (...)

Lire la suite