article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°116 - juillet & août 2016

L’atelier

Douai :
une gestion durable
de l’eau de pluie

Depuis 20 ans, la ville française de Douai a mis au point une série de techniques alternatives (toits verts, citernes, espaces végétalisés…) afin de permettre une infiltration totale de ses eaux de pluie. Visite d’une ville de 150 000 habitants qui a fait le choix de sortir de l’égouttage.


M.L.

Dans certaines rues de Douai, ville située à une quarantaine de kilomètres de Lille, on ne trouve ni bouches d’égouts ni caniveaux. Par contre, ronds-points fleuris et parcelles végétales se succèdent. Ils embellissent le paysage, mais constituent aussi des preuves concrètes de la politique pionnière de gestion durable des eaux de pluie menée ici depuis 20 ans.
Fin des années 80, cette agglomération de 150 000 habitants, fortement urbanisée et industrialisée, a été frappée par plusieurs inondations successives. Alors qu’elle aurait pu construire des bassins d’orages, une solution curative privilégiée par de nombreuses villes (comme Bruxelles), Douai décide de prendre le problème en amont et d’adopter une gestion préventive et alternative à l’évacuation des eaux dans les tuyaux.
De cette réflexion naît, en 1997, l’Adopta, l’Association pour le développement opérationnel et la promotion des techniques alternatives en matière d’eaux pluviales, portée par plusieurs acteurs, notamment la Ville et la Société des eaux de Douai, financée en grande partie par l’Agence de l’eau. « La philosophie d’Adopta, explique Maëlle Ancelle, seule salariée aux commandes de l’association depuis 8 ans, consiste à permettre une infiltration des gouttes de pluie au plus près de leur point de chute pour rester le plus proche possible du cycle naturel de l’eau ».
En 20 ans, l’agglomération de Douai a mis ainsi en place près de 900 réalisations alternatives, aussi bien (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Sergi López :
catalan, écolo
et anticapitaliste

Côté pile, il y a l’acteur formidable avec plus de 60 films à son actif et une sacrée carrière sur (...)

Lire la suite

Community organizing :
l’alliance des sans-voix

Dans les quartiers pauvres de Los Angeles, des associations mobilisent les habitants pour qu’ils (...)

Lire la suite

Hilda Presman,
en lutte contre
l’impunité

Infatigable militante et défenseur des droits humains, Hilda Presman mène un long combat contre (...)

Lire la suite

Aurélie Willems :
jamais sans mon vélo

Le vélo est non seulement bon pour la santé (publique), mais aussi pour l’environnement. En ville, (...)

Lire la suite

Des voitures
plus puissantes
et plus agressives

Depuis 2014, Inter-Environnement Wallonie et l’asbl Parents d’enfants victimes de la route ont (...)

Lire la suite

CoopCity : social, coopératif
et collaboratif

Cet automne, CoopCity verra le jour. Avec des programmes spécifiques d’accompagnement (...)

Lire la suite