article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Publié dans notre magazine n°Se retrouver

Publié dans notre magazine n°Se retrouver

Publié dans notre magazine n°116 - juillet & août 2016

Santé

Inspirez,
expirez...

La respiration est indispensable pour vivre, mais elle a aussi des répercussions sur notre bien-être. Elle s’apprend et s’entretient. Pour gérer notamment le stress et les émotions.


cc Frank Corner

Inspirez, expirez… La respiration est un mouvement simple qui nous accompagne toute notre vie. Depuis la première bouffée d’air qui, douloureuse, est directement suivie par un cri, jusqu’au dernier souffle. Innée, elle a lieu sans qu’on y pense. Mais à quoi sert-il de respirer ?
« A vivre ! », lance Gwénola Herbette, instructrice et formatrice en pleine conscience.
Il est vrai que si l’on nous empêche de respirer pour un long moment, l’issue sera fatale. La respiration sert à acheminer l’oxygène présent dans l’air jusqu’à la moindre cellule de notre corps et à éliminer le CO2 produit par les cellules. Avec deux rôles pour deux temps : l’inspiration et l’expiration.
Ce mouvement mécanique est à peu près identique chez tous les individus. Un adulte respire entre 15 et 20 fois par minute. Ce qui peut varier, ce sont les volumes absorbés lors de chaque respiration. Une personne de grande taille a de plus grands poumons et donc une capacité d’absorption plus élevée.
Le bébé, lui, respire en moyenne 40 fois par minute. « Le bébé a de petits poumons par rapport aux besoins de son organisme. Il doit donc respirer plus vite pour inhaler l’oxygène nécessaire à ses besoins », explique le Pr Frank Verschueren, chef de clinique au service des urgences des Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles.
Cette fréquence respiratoire diminuera tout au long de l’enfance pour arriver à 15 à 20 respirations par minute à l’âge adulte.
La fréquence respiratoire peut toutefois être modifiée par certains événements ou facteurs. Lorsqu’on est amoureux, on respire plus vite. Quand on est angoissé aussi. Dans le second cas, cela part d’un réflexe primitif. Imaginons un homme préhistorique se retrouvant nez à nez avec un animal potentiellement dangereux. Il a trois possibilités : fuir, se battre ou faire le mort. Dans les deux premiers scénarios, il aura besoin d’énergie. Sa respiration s’accélère donc pour faire entrer un maximum (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


L’école de tous

Porté par un groupe de praticiens (directeurs, enseignants, éducateurs, inspecteurs et syndicats) (...)

Lire la suite

Nanomatériaux :
une fin de vie incertaine

Ils sont omniprésents dans les produits de consommation (textile, cosmétique, alimentation…), (...)

Lire la suite

Rebecca Shankland :
« Les émotions positives sont bonnes pour la santé »

Proche des thérapies comportementales, la psychologie positive ne cherche pas à « positiver » à (...)

Lire la suite

Un art du bonheur
épicurien

Epicure assigne à la philosophie la tâche de nous mener au bonheur (eudémonia). Cette philosophie (...)

Lire la suite