article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°117 - septembre & octobre 2016

Portrait

Maarten Roels :
Terre-à-terre

Transformer notre environnement, en y apportant plus de nature pour permettre à tous d’être en contact avec la terre, c’est là l’une des passions de Maarten Roels. Créateur de potagers et d’une ferme à Bruxelles (Le Chant des cailles), initiateur d’une coopérative rendant l’accès à la terre possible à des agriculteurs (Terre-en-vue), il se consacre depuis plusieurs années à nous rendre la vie un peu plus verte.


Marina Cox

« Si l’on veut changer le comportement des gens, il faut changer leur environnement physique. Nous devons augmenter les zones naturelles et sauvages, en ville comme à la campagne, développer des forêts nourricières [1], par exemple. C’est le sociologue Pierre Bourdieu, découvert lorsque j’étais étudiant et qui m’inspire toujours beaucoup aujourd’hui, qui montre combien l’espace et le comportement sont liés… »
Sa passion pour la terre et les liens que nous pouvons nouer avec elle, Marteen Roels la tient de son enfance. « J’avais un grand-père forgeron qui cultivait son grand jardin, explique-t-il. Alors que tous les voisins avaient une pelouse, lui s’occupait de son potager, possédait une serre. Chaque mur de la maison était couvert de fruitiers, il faisait même pousser de petits melons. »
Les parents de Maarten, eux, ne sont pas des travailleurs manuels, son père est cadre, sa mère infirmière, mais ils sont aussi quasiment auto-suffisants du point de vue alimentaire. Ils ont autour de leur maison dans les Polders un potager, des moutons, un verger. Un paradis pour le petit garçon. Qui influencera sans doute le reste de sa vie.
« Et puis mon père a changé d’emploi, nous avons déménagé dans une petite ville. Tout a changé. L’accès à la nature n’était plus du tout le même, je ne pouvais plus me baigner dans ces petites criques où j’avais l’habitude d’aller... »
Le jeune garçon prend rapidement conscience d’un rapport à l’environnement très différent, de cet étrange principe qui consiste à vivre dans le stress et à se ménager de temps en temps des moments de vie naturelle. « Cette façon de faire était pour moi (...)

=> Lire l’intégralité de ce portrait dans notre magazine.

[1La forêt nourricière est un type de verger inspiré de la forêt naturelle : composé de vivaces, d’arbustes et d’arbres, il aura besoin de peu ou pas de fertilisation ni d’arrosage et de peu d’entretien pour produire de bonnes récoltes diversifiées.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Cancha’bamba,
l’honneur des pauvres

Jody Cash Alors qu’en Europe on explore d’autres modèles socio-économiques, en Bolivie, à (...)

Lire la suite

Bonnes nouvelles

Victoire de l’Uruguay contre Philip Morris En 2006, l’Uruguay fut le premier Etat d’Amérique (...)

Lire la suite

Les lanceurs d’avenir

Déclic Tour, un road trip entrepreneurial Crédit Déclic Tour Envie de vous lancer dans (...)

Lire la suite

La lutte des squats

La survie des derniers squats de la capitale allemande est menacée par la spéculation immobilière (...)

Lire la suite