article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°118 - novembre & décembre 2016

Urbanisme - Colombes (France)

R-Urban,
la ville-bambou

R-Urban

En banlieue parisienne, la coopérative R-Urban réinvestit différents quartiers populaires délaissés pour y mettre en place des « réseaux de résilience urbaine ». Une approche urbanistique autogérée et participative menée avec et pour les habitants. Petite visite dans ce laboratoire écocitoyen cité en exemple de la COP21, au MoMA de New York, et qui essaime doucement ailleurs en Europe.

« Je me suis régalée avec vos coeurs de boeuf. Vous en avez encore ? », interroge Eva en tirant son cabas sur roulettes. Le temps d’une petite papote et Bouchaïd est déjà de retour avec un cagot rempli de belles tomates rouges : « C’est une autre variété, mais vous m’en direz des nouvelles ! », sourit le jardinier bénévole.
« Ah, on projette le film En quête de sens, chouette alors ! », s’exclame une voisine venue elle aussi faire ses emplettes. Oui, l’Agrocité va bientôt « faire son cinéma ». Et puis jeudi, il y aura la cantine hebdomadaire à prix plancher. Et plus tard un atelier tricot et couture, puis une journée d’initiation à la permaculture. Sans oublier les sessions de maraîchage, l’école du compost, une écobalade… « Ici, on ne s’ennuie jamais  ! », s’amuse Catherine, habitante du quartier des Fossés et bénévole de la première heure : « J’ai été licenciée pour maladie. Grâce à l’Agrocité, j’ai rebondi. Ce projet a du sens, il me pousse à me lever le matin. »

Un petit havre de paix
Dix minutes passées au 4, rue Jules Michelet, et vous voilà embarqué dans ce « petit havre de paix », comme l’appelle joliment Camille Morin, stagiaire en design à l’Atelier d’Architecture Autogérée (AAA), cheville ouvrière d’une des nombreuses réalisations intégrées au sein du projet R-Urban – pour Réseaux de résilience urbaine.
Nous sommes à Colombes, dans les Hauts-de-Seine, une banlieue mixte de 84 000 habitants située au nord-ouest de Paris.
Entre deux barres de HLM, un supermarché Leclerc et quelques pavillons proprets, l’Agrocité, appelée aussi « unité d’agriculture urbaine civique », s’ouvre à nous : 3 000 m2 de terrain cultivé en parcelles, une magnifique écoconstruction (structure en bois, matériaux recyclés, isolation en paille, toitures végétales…), des jardins collectifs, un poulailler, des ruches, un prototype de phytoépuration des eaux grises, un lombric-compost, un séchoir à graines… « Impressionnant, non ? », demande fièrement Bouchaïd. « Et pourtant, ils veulent tout raser pour faire (...)

=> Lire l’intégralité de cet article ici.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Le haut de la classe

La Finlande est souvent présentée comme un modèle à suivre en matière d’enseignement. Que cache (...)

Lire la suite

Se passer du capitalisme

Le journaliste indépendant Emmanuel Daniel, auteur de l’ouvrage Tour de France des alternatives, (...)

Lire la suite

Emmanuel Everarts :
Un manager en quête
de cohérence

Le cofondateur de Batigroupe est un adepte du management durable. Entre sens de l’intérêt commun, (...)

Lire la suite

La deuxième vie
des sacs en plastique

Dans les pays en développement, les sacs en plastique sont une véritable calamité. Très utilisés (...)

Lire la suite