article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°118 - novembre & décembre 2016

Energie - Konseguela (Mali)

Et la lumière fut

Plus d’un milliard d’humains sont aujourd’hui privés d’électricité. Or l’accès à l’énergie est un moteur de développement. C’est pourquoi les Nations unies ont fait de l’électrification universelle une grande cause planétaire. En attendant, dans les pays du Sud, on innove pour s’alimenter en courant régulier. Entre programmes d’Etat et débrouille locale.


IPP
« Consommation de boissons fraîches, ventilation des bâtiments, diffusion de programmes radio… Dans les pays du Sud, l’électricité donne accès à un ensemble de services essentiels, c’est la base du développement, rappelle Benjamin Pallière, ingénieur au sein de l’ONG Geres, dont la mission est d’installer des systèmes de production d’électricité durable au Burkina Faso. Ce n’est pas notre intelligence qui nous permet de faire chauffer une marmite, d’éclairer une classe ou de transformer aisément des matériaux, mais l’accès à l’énergie. La vitalité des économies locales dépend de l’électricité. »
Ce moteur de développement, 1,2 milliard de personnes dans le monde en sont pourtant privées : 635 millions vivent en Afrique subsaharienne (soit les deux tiers de la population de la région), 300 millions en Inde et le reste dans les autres pays d’Asie. « Etre privé d’accès à l’énergie signifie à terme la mort d’une société, poursuit l’ingénieur. Car on ne vit plus comme autrefois. Tout le monde sait ce qui se passe à l’autre bout de la Terre. Quand l’emploi et les facilités ne sont pas disponibles, les jeunes partent faire leur vie ailleurs. »

Pas de développement sans courant
Cette année, l’Organisation des Nations unies a élevé l’électrification universelle au rang de grande cause planétaire. C’est le septième Objectif de développement durable [1] . « Il y a une prise de conscience de la part de la communauté internationale, constate Gabrielle Desarnaud, chercheuse au Centre Energie de l’Institut français des relations internationales (Ifri). L’accès à l’électricité est la condition préalable au
développement économique, social et environnemental. »
En effet, comment faire reculer la mortalité maternelle quand les accouchements se font à la lampe frontale, comment garantir la sécurité alimentaire quand de la nourriture est gâchée faute de conservation correcte, ou encore améliorer l’éducation alors que les écoliers ne disposent pas de lumière pour réviser leurs leçons ?
« Les femmes en particulier payent le prix fort de l’absence d’électricité, poursuit la chercheuse, car ce sont elles qui vivent dans les fumées des poêles à bois et des lampes au kérosène. Elles y laissent leur santé et perdent des heures à ramasser du bois alors qu’elles pourraient se consacrer à l’éducation des enfants ou à la gestion d’une entreprise. »
Chaque année 80 millions de personnes supplémentaires accèdent à l’électricité. C’est peu. L’Agence internationale pour l’énergie (AIE) estime qu’à ce rythme-là, 810 millions de personnes seront toujours (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1Les 17 Objectifs de développement durable doivent éradiquer les grandes détresses humaines, pauvreté, famine, maladie, et protéger la planète d’ici 2030. Ils remplacent les Objectifs du millénaire adoptés pour 15 ans en 2000. Le 7e objectif de développement durable vise à « garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable ».

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Portes ouvertes,
portes fermées

Croix-Rouge Après un an d’existence, les portes du centre d’accueil Croix-Rouge de Jalhay vont se (...)

Lire la suite

Un audit de la dette
par les citoyens

Des groupes de citoyens ont décidé de plonger leur nez dans la dette publique belge afin de (...)

Lire la suite

Coopeos :
Une chaleur locale

L’idée de départ est relativement simple : les déchets verts sont si nombreux en Wallonie, pourquoi (...)

Lire la suite

« La forêt, c’est notre garde-manger »

Dans le delta du Saloum, au centre-ouest du Sénégal, des milliers d’habitants se battent pour (...)

Lire la suite

Les Colombiens veulent en finir avec la guerre

Le 26 septembre dernier, la guérilla des Farc et le gouvernement colombien ont conclu un accord (...)

Lire la suite