article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Publié dans notre magazine n°Se retrouver

Publié dans notre magazine n°Se retrouver

Publié dans notre magazine n°Se retrouver

Publié dans notre magazine n°118 - novembre & décembre 2016

Vivre ensemble - Evry (France)

Passe le message
à ton voisin

Dans les quartiers les plus déshérités de la région parisienne et de Lille, l’entreprise sociale Voisin Malin organise, au quotidien, une information pratique sur des sujets de base (accès aux droits, éducation, santé…) grâce à des équipes d’« ambassadeurs » qui font du porte-à-porte dans les HLM. Reportage à Evry, où les habitants sont aussi des acteurs du changement.

Shafqat compte jusque quatre, puis ouvre sa cocotte en origami et lit la devinette qui se trouve derrière l’image pointée par la maman et sa petite fille. « Avec dix canettes, on fabrique une trottinette ! »
Des exclamations fusent dans la cage d’escalier. Faire de la pédagogie sur le tri sélectif, c’est la mission du jour pour Shafqat. « Nos ordures récupérées servent à fabriquer d’autres objets », explique le jeune homme avec conviction. Tout le monde se quitte bons voisins.
Le Parc du Petit Bourg est une petite cité d’apparence tranquille, en périphérie de la ville d’Evry, à 45 minutes de RER au sud de Paris. La résidence compte 512 logements habités par 1 600 personnes et concentrés en trois barres blanches.
Difficile d’imaginer Louis XIV chassant à courre sur ces terres avec la marquise de Montespan. Ce fut pourtant le cas : le « paquebot », comme on l’appelle ici – monolithe de 14 halls sur 14 étages –, se dresse sur l’emplacement d’un ancien château acheté par la favorite du Roi Soleil.
Des murs, un portail et des dénivelés d’anciens jardins à la française sont les vestiges de ce royal passé, enterrés sous la grande précarité économique qui règne en 2016. Au départ habité par des classes sociales plutôt aisées, la résidence s’est dégradée et paupérisée.
Shafqat Shaukat, 22 ans, est un habitant du cru. Etudiant brillant à l’école de management des Mines-Télécom, il sonne à la porte des habitants de la cité depuis bientôt trois ans. Il fait partie d’une équipe de cinq Voisins Malins. Depuis 2011, cette entreprise sociale œuvre dans les quartiers les plus déshérités de la région parisienne et de Lille à apporter une information pratique sur des sujets fondamentaux comme l’accès aux droits, l’éducation, la santé (sensibilisation au cancer du sein), l’habitat (opérations d’éradication des punaises de lit). Il s’agit ainsi de rapprocher les habitants de l’administration, souvent perçue comme source de problèmes plutôt que de services.

« Une information utile et gratuite »
Cette activité salariée occupe Shafqat 12 heures par mois, rémunérées 120 euros net. « Ça me fait un peu d’argent de poche et ça valorise mon CV », nous dit-il.
Aziliz, l’une des cinq Voisins de l’association croisée par hasard au pied de l’immeuble, raconte qu’elle avait postulé au départ pour devenir bénévole. « Pour moi, le porte-à-porte, c’était surtout un challenge. Je suis de nature timide. Maintenant, j’ai plus (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Photos : Géraud Bosman

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


A nouveau pêcheurs

A cheval entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, la mer d’Aral était l’une des plus vastes mers (...)

Lire la suite

Refaire le monde...
du travail

Dans un livre d’entretien réalisé par Roger Burton, Virginie Cordier et Carmelo Virone, (...)

Lire la suite

Chez Alodgî,
chaque veilleur
a son chez-soi

Trouver un logement, quand on souffre de troubles psychiatriques, ce n’est pas simple. A (...)

Lire la suite