article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°119 - janvier & février 2017

Le labo

Les clowns cultivent
le bonheur
communal brut

Fabriquer du lien, voilà l’essence de ce projet bien drôle : dans le Lot, en France, des clowns sont employés « municipô » pour le bien-être des habitants et la croissance du bonheur communal brut.


Lorène Lavocat/Reporterre

Uniforme orange fluo, képi assorti et balai vert, Gernard a tout d’un employé municipal. À première vue seulement. Car il y a un hic, comme le nez au milieu de la figure. Ce nez, justement, il est rouge. Gernard est clown « municipô  ». « Je suis au service de la population, j’assure les missions que l’on me confie », explique-t-il sérieusement. Ce vendredi matin, il participe avec sa collègue Pétale à la collecte des ordures ménagères de Castelnau-Montratier. Les éboueurs accueillent avec amusement ces nouveaux venus turbulents qui balaient les poubelles avant de les vider, s’accrochent en chantant au camion-benne, jouent au basket avec les ordures. Puis, direction l’hôtel de ville, où nos deux compères se jettent aux pieds du maire. « Qu’est-ce qu’on doit faire aujourd’hui chef ? », interroge Pétale. Tout sourire, l’édile ne semble pas étonné par tant de déférence : « Ils viennent me voir tous les jours, il paraît que je suis leur chef suprême ! » Nouvelle mission donc : nettoyer la statue de la Vierge, haute de plus de six mètres, sur la place du village. « C’est pas parce qu’elle est immaculée qu’elle n’est pas sale », commente Gernard, en se hissant tant bien que mal sur le socle.

« Notre but n’est pas de bien faire la mission,
mais d’apporter de la joie »

Depuis l’Office du tourisme, Amélie les observe, les yeux rieurs : « Ça fait plaisir de les voir tous les jours, ça met de la bonne humeur. » À ses côtés, Amédée, nez rouge assorti à son maquillage, prépare une visite guidée « décalée » du village  : « Je vais être druide touristique pour la journée de Patrick Moine », précise-t-elle. Depuis deux semaines, Amédée, Pétale, Gernard, Rhoe et Striknine sillonnent le territoire tout d’orange vêtus. Encadrés par deux « chefs clowns », Crestin et Haspyrine, ils vont à la rencontre des habitants à travers des « missions de service de proximité ». Certaines de ces tâches sont totalement absurdes : promener un poisson rouge, remplir les corbeilles du collège avec des papiers. D’autres pourraient être utiles… si elles n’étaient pas faites par des clowns ! Ainsi, quand Pétale et Gernard nettoient les panneaux de signalisation armés d’un plumeau et d’une éponge, ils passent plus de temps à effectuer des acrobaties extravagantes qu’à (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine ou sur le site de notre partenaire www.reporterre.net

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Vandana Shiva : « Mettons les lobbies
du pétrole et les industriels devant leurs responsabilités »

Féministe et militante écologiste, l’Indienne Vandana Shiva défend l’agroécologie, les petits (...)

Lire la suite

Bonnes nouvelles

Le plus grand sanctuaire marin en Antarctique La mer de Ross, une immense baie de (...)

Lire la suite

Imagine la transition

Si la permaculture commence à se développer en agriculture, la permaculture humaine, qui repose (...)

Lire la suite

CryptoParty,
la vie en chiffrant

Le mouvement CryptoParty s’est donné pour mission de former les novices de l’informatique à la (...)

Lire la suite