article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°119 - janvier & février 2017

Vu de Berlin # 7

CryptoParty,
la vie en chiffrant

Le mouvement CryptoParty s’est donné pour mission de former les novices de l’informatique à la protection de leur vie privée en ligne. Berlin en est aujourd’hui la figure de proue.


M.M.

Un soir d’automne dans un bar du quartier Neukölln, à Berlin. Il est 19 h 30 quand le halo des écrans d’ordinateurs commence à éclairer la lumière tamisée de l’endroit. Certains ordinateurs sont couverts d’autocollants « Do not feed the Google » (« Ne nourrissez pas le Google »), « 1984 was not a gouvernance manual » («  1984 n’était pas un manuel de gouvernement »). Les webcams sont recouvertes de bouts de scotch. Pour la CryptoParty du soir, cinq « Angels  » sont présents. Ces bénévoles sont des informaticiens, experts en sécurité, hackers ou simples initiés qui s’emploient plusieurs fois par mois à faire vivre le mouvement des CryptoParties à Berlin.
Né en Australie en 2013 après les révélations Snowden, ce mouvement issu de la scène hacker vise à combattre la surveillance en formant le grand public à la défense de sa sphère privée. L’Allemagne – où le souvenir de la Stasi, la police secrète, est toujours présent – est le pays le plus dynamique avec une trentaine de villes actives. Berlin est devenue l’une des places fortes du mouvement, avec plusieurs CryptoParties organisées chaque semaine.

Nos portables, ces mouchards
Dirk [1] procède au traditionnel « language check » et passe à l’anglais pour la présentation des ateliers « Il n’y a pas de questions idiotes, tout le monde est là pour apprendre, nous aussi », commence-t-il. Trois ateliers sont proposés aux participants du soir. Le premier est consacré à la protection des données sur le téléphone portable, l’appareil le plus vulnérable en matière de protection de la vie privée. À elles seules, les nouvelles localisations GPS en temps réel permettent (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1Les prénoms des participants ont été changés.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Vandana Shiva : « Mettons les lobbies
du pétrole et les industriels devant leurs responsabilités »

Féministe et militante écologiste, l’Indienne Vandana Shiva défend l’agroécologie, les petits (...)

Lire la suite

Bonnes nouvelles

Le plus grand sanctuaire marin en Antarctique La mer de Ross, une immense baie de (...)

Lire la suite

Les clowns cultivent
le bonheur
communal brut

Fabriquer du lien, voilà l’essence de ce projet bien drôle : dans le Lot, en France, des clowns (...)

Lire la suite

Imagine la transition

Si la permaculture commence à se développer en agriculture, la permaculture humaine, qui repose (...)

Lire la suite