article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Sciences, par Pablo Servigne

Des siècles
de résilience urbaine

Au cours de l’histoire, certaines grandes villes préindustrielles ont enduré les guerres, les pénuries et les catastrophes naturelles pendant des siècles, voire des millénaires, là où d’autres se sont effondrées. L’une des clés de cette remarquable longévité a été leur souci de la sécurité alimentaire…


Tous droits réservés par SBA73

D’un côté, il y a des « cités vertes » mayas, implantées dans les forêts humides et les zones semi-arides d’Amérique Centrale, chacune formée par une mosaïque de fermes urbaines entourant des temples et quelques grands champs agricoles.
De l’autre, sur le Bosphore, une ville côtière contrôlant le trafic maritime de l’Est de la Méditerranée, quadrillée par un grand réseau d’aqueducs, parsemée de jardins urbains, et entourée par une ceinture agricole périurbaine très dense.
En 2013, l’historien Stephan Barthel (Université de Stockholm, Suède) et l’archéologue Christian Isendahl (Université d’Uppsala, Suède), ont publié une étude décrivant l’exceptionnelle résilience urbaine des cités mayas du premier millénaire et de la cité de Constantinople entre le 4e et le 15e siècle [1].
En analysant les systèmes alimentaires et hydriques de ces cités préindustrielles, les chercheurs ont tenté de comprendre comment les habitants de l’époque concevaient leur sécurité alimentaire, et comment ils géraient les ruptures de chaînes d’approvisionnement. Petite visite guidée.

Les cités précolombiennes mayas
Dans la région de Puuc, dans le nord-ouest de l’actuel Yucatan (sud-est du Mexique, Guatemala et Belize), les « paysages agro-urbains » créés par les Maya étaient extraordinairement diversifiés, tant au niveau régional que local. L’unité de base de la ville était une sorte de ferme urbaine autogérée. Il y en avait des centaines par ville, formant un réseau dense et complexe. Ces parcelles grouillaient de vie. Etant très proches des habitations, elles étaient particulièrement bien (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1S. Barthel et C. Isendahl, « Urban gardens, agriculture, and water management : sources of resilience for long-term food security in cities », Ecological Economics, n° 86, pp. 224-234, 2013.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Des communes
plus hospitalières

Le repli sur soi et le rejet de l’étranger ne sont pas une fatalité. Partout en Europe, (...)

Lire la suite

Tous égaux
devant l’impôt ?

Dans son dernier rapport annuel, la Cour des comptes française épingle la manière dont (...)

Lire la suite

Réoxygéner la démocratie française

Création d’un jury citoyen, réécriture de la Constitution, fondation d’une (...)

Lire la suite

Vers une démondialisation
soft ou hard ?

Depuis la crise de 2008, la mondialisation est en perte de vitesse. La baisse de la croissance (...)

Lire la suite

Total
ou le pouvoir
des multinationales

Créée en 1924 par l’Etat français pour sécuriser ses approvisionnements énergétiques, (...)

Lire la suite

Reconquérir
les zones humides

Les zones humides (marais, tourbières, prairies inondées…) sont vitales pour (...)

Lire la suite