article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Les lanceurs d’avenir

La ferme de Froidmont

Se réinsérer via le maraîchage biologique


D.R.

C’est à Rixensart, dans le Brabant-Wallon, au cœur d’un ancien couvent dominicain, que la ferme de Froidmont Insertion a vu le jour en 2010. Son ambition : associer étroitement une forme nouvelle d’agriculture biologique à l’insertion professionnelle. Au travers de deux types de formations, l’ASBL développe une initiative originale qui entend « replacer l’homme au centre de l’environnement ».
« Le cœur de notre projet, c’est la réinsertion socioprofessionnelle », explique Sophie Guillet, responsable de communication.
Ainsi, l’ASBL propose des formations de six à douze mois, rémunérées symboliquement à hauteur d’un euro brut de l’heure. Elles s’adressent à des adultes éloignés de l’emploi depuis un an ou plus, ayant en tête un véritable projet professionnel. Au terme de leur apprentissage, 60 à 70 % des stagiaires retrouvent un emploi stable, parfois au sein même de l’association. Trois parcours sont proposés : commis de cuisine, commis de salle ou encore maraîcher biologique.
À la ferme de Froidmont, on s’inspire de la permaculture, cette méthode d’agriculture qui imite l’environnement naturel. L’objectif est de travailler la terre en respectant la nature, de créer un système durable et économe en énergie.
Ainsi, dans les potagers, on n’utilise pas d’outils motorisés. On préfère se servir de la campagnole ou de la faux. « Ça prend un peu plus de temps, mais c’est tellement mieux pour la qualité de nos produits ! » Enfin, on a recours à des semences et à des plants bio. Des produits sans pesticides qu’on retrouve bien évidemment à La Table de Froidmont, le restaurant de l’association.
« Celle-ci s’inscrit par ailleurs dans la filière de l’économie sociale », précise Sophie Guillet, qui rappelle que les fonds générés par le restaurant sont réaffectés au profit de l’ASBL et de ses activités.
Car à la ferme de Froidmont Insertion, il est aussi possible de prendre des brunchs, de commander des paniers bio ou encore d’acheter ses légumes au marché tous les mercredis. Animée par les apprentis maraîchers en personne, cette initiative encourage le contact direct entre producteurs et consommateurs. Des potagers partagés, des parcelles de terre de 25 m², peuvent également être loués à l’année. « Ils favorisent les rencontres autour de valeurs communes, renforcent l’entraide citoyenne et la mixité sociale. »
Enfin, pour les ambitieux et apprentis maraîchers, l’ASBL propose neuf formations par an, neuf samedis pour tout connaître sur le maraîchage biologique.
Prochaine étape pour l’association : produire ses propres semences et se rapprocher ainsi de « l’autonomie totale ». Brianne Cousin (st.)

En savoir + :
www.froidmontinsertion.be
www.facebook.com/fermedefroidmontinsertion

=> Lire d’autres lanceurs d’avenir dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Villes nouvelles ou
villes de l’ancien monde ?

Six personnes sur dix dans le monde résideront dans une zone urbaine d’ici 2030 : « Plus (...)

Lire la suite

Bonnes nouvelles

Un satellite contre les changements climatiques Un satellite spécialement dédié à (...)

Lire la suite

Tanguy Dumortier :
L’appel du sauvage

Depuis 2014, Tanguy Dumortier a insufflé un coup de jeune au vénérable « Jardin extraordinaire (...)

Lire la suite