article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Le labo

Un bien à soi
sur un terrain partagé

Depuis 2013, l’association Community Land Trust Bruxelles développe un modèle innovant d’accès à la propriété à la fois social, participatif et anti-spéculatif. Plus de 270 familles sont impliquées autour de huit projets et d’une centaine de logements. Face à la crise du logement qui sévit dans les villes, le mouvement CLT gagne petit à petit du terrain ailleurs en Europe.

« De là-haut, j’ai une vue imprenable. C’est mon New-York à moi ! » sourit Yasmina. Depuis deux ans, cette médiatrice familiale, maman de quatre enfants, a trouvé « le petit nid parfait », comme elle l’appelle : un appartement flambant neuf de 100 m2, quatre chambres, cosy, fonctionnel et basse énergie, situé Chaussée de Ninove, dans le quartier du Vieux Molenbeek, qu’elle a acquis en juin 2016 pour 230 000 euros, un prix « impensable » sur le marché privé bruxellois. « Nous allons rembourser 826 euros par mois pendant 30 ans pour un logement de qualité. Avec, à la clé, un très beau projet éthique, citoyen et solidaire ! » se réjouit cette jeune maroxelloise.
L’Ecluse, un immeuble de neuf appartements, est le premier projet implanté en Europe continentale du mouvement Community Land Trust. Un projet innovant communément appelé CLT, qui vise à créer de l’habitat nouveau en s’appuyant sur un modèle d’accès à la propriété à la fois social, participatif et anti-spéculatif.
Né aux Etats-Unis voici quarante ans dans la foulée du mouvement afro-américain des droits civiques et nourri par plusieurs penseurs utopistes (Henry Georges, Ebenezer Howard, Gandhi…), ce mouvement connaît un succès croissant outre-Atlantique. On compte plus de 250 CLT aux Etats-Unis, dont le plus connu est le Champlain Housing Trust, à Burlignton, dans l’Etat du Vermont, patrie du sénateur démocrate socialiste Bernie Sanders. Un projet qui a reçu en 2008 le prix du meilleur projet d’habitat à l’échelle mondiale décerné par l’ONU.
« A l’origine, il s’agissait d’offrir une réponse pragmatique aux agriculteurs noirs qui n’avaient pas accès à la propriété, et ne pouvaient donc pas être enregistrés sur les listes électorales, en leur offrant la possibilité de devenir propriétaires de manière collective  », explique Geert De Pauw, coordinateur du CLT Bruxelles.
Avec, en toile de fond, l’idée de partage des biens communs (« la terre, comme l’air ou l’eau, appartient à tout le monde. Nous devons la respecter et l’utiliser pour subvenir autant que possible aux besoins de chacun ») et de lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales.
Une philosophie qui, depuis quatre ans, anime la dynamique Asbl bruxelloise (six équivalents temps plein, 350 membres actifs, une expérience unanimement reconnue dans le secteur du logement), pionnière d’un réseau en plein (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Les métamorphoses

Dans chaque numéro, retrouvez le récit graphique inédit de Mathieu Minet dit « la Mine ». Une (...)

Lire la suite

Les lanceurs d’avenir

Ecoteclab, construire ses propres outils au Togo D.R. En Afrique aussi le mouvement do it (...)

Lire la suite

Ronnie Ramirez :
Debout,
caméra au poing

Fils de réfugiés chilien, le cinéaste Ronnie Ramirez a l’engagement dans le sang. De ses (...)

Lire la suite