article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Philocité

Respect !

La demande de respect semble de plus en plus vive dans notre société, dans le monde de l’éducation notamment, tant d’ailleurs de la part des enseignants que des élèves ; dans le domaine sportif aussi, où il est un mot d’ordre affiché sur les maillots des joueurs de foot, et, plus largement, dans le monde de l’entreprise, où l’absence de considération pour le travail accompli conduit régulièrement au surmenage, au burn out, voire même au suicide. Un peu de respect, s’il vous plaît : le manque de respect fait des morts.

Quel type de discours le philosophe peut-il bien tenir sur le respect ? Vous connaissez peut-être déjà l’aspect gratuit de la philosophie, qui paraît toujours détachée de la pression à l’efficacité… Effectivement, vous ne trouverez pas ici un précis de management concernant la manière d’obtenir le respect que vous attendez pourtant bien légitimement. Désolée pour le titre : c’était une arnaque ! Il ne s’agira pas non plus de vous y « sensibiliser » pour que vous soyez vous-mêmes « plus respectueux  » des autres. Mince, à quoi ça sert alors ? Pas à rien, rassurez- vous. Et rassurez-moi aussi !
Les réflexes critiques du philosophe sont ici de deux ordres : comprendre ce qu’on attend au juste quand on demande davantage de respect – ce que nous ferons dans un second temps en cherchant à mieux définir le sens du terme – et nous inviter à faire un pas de côté ou de recul par rapport à cette demande de respect pour en interroger l’origine et les conditions d’émergence. Pourquoi et depuis quand exige-t-on du respect ?
Quoi qu’on puisse en penser a priori, cette demande ne va effectivement pas de soi. On n’exige pas le respect comme un droit inaliénable depuis la nuit des temps – le phénomène est même plutôt récent : 40 ans tout au plus – mon âge à peu près… Selon l’enquête sociologique de Richard Sennett [1], cette demande récente vient principalement des couches défavorisées de la société. Ce sont les jeunes des banlieues qui la réclament le plus farouchement et en font une valeur centrale, comme aussi les infirmières ou les enseignants, probablement parce que leurs professions ont perdu l’éclat et la considération sociale dont elles jouissaient il y a un demi-siècle encore.
Sennett pointe un déplacement de la demande : on réclamait depuis les Lumières plus d’égalité entre les hommes. Le déplacement de la demande d’égalité vers la demande de respect est regrettable, car il traduit la perte d’une solidarité entre les défavorisés. La demande d’égalité est effectivement une réclamation collective pour la reconnaissance égale de tous, alors que la demande de respect est celle d’une société individualiste qui encourage la (...)

=> Lire l’intégralité de cette chronique dans notre magazine.

[1R. Sennett, Respect. De la dignité de l’homme dans un monde d’inégalité, Albin Michel / Hachette Littérature Pluriel, 2003.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Bien dormir
pour mieux vivre

On dort peu, moins longtemps qu’auparavant et toujours plus mal. Conséquence : les (...)

Lire la suite

La viande
fait-elle l’homme

Pourquoi mangeons-nous de la viande ? Est-ce vital pour l’homme ? Comment est-elle (...)

Lire la suite

Alain Delourme :
« Ne subissons plus la solitude, cultivons-là »

Auteur de La solitude initiatique, le psychanalyste et essayiste Alain Delourme a exploré les (...)

Lire la suite