article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Prendre le temps


Grand entretien

Emmanuel Todd :
« L’université entretient le conformisme et organise les inégalités »

Aussi réputé que controversé, l’historien et anthropologue Emmanuel Todd se plait à éclairer les débats présents à la lumière du passé, avec un soupçon d’esprit provocateur. Selon lui, la « fracture éducative » constitue la plus grave menace qui pèse sur nos démocraties. Pour sortir de la double impasse de l’élitisme et du populisme, il en appelle à un nouveau pacte entre « ceux d’en haut » et « ceux d’en bas », sur la question migratoire notamment.

Où en sommes-nous ? Comme souvent avec Emmanuel Todd, il y a plusieurs questions dans la question. Le dernier ouvrage de l’historien français se lit de manière différente selon qu’on élargit ou qu’on resserre la focale. Au fil de ses quatre cents pages, l’auteur reconstitue à grands traits une odyssée multimillénaire, celle d’Homo sapiens, avec une attention soutenue pour l’évolution des modèles familiaux. Mais le propos peut aussi se comprendre dans une perspective plus courte. La question devient alors : comment sommes-nous passés, en quelques années, d’Obama à Trump, de Sarkozy à Macron via Hollande, de Blair au Brexit ? A 66 ans, Emmanuel Todd vient de faire ses adieux à une longue carrière universitaire. La somme qu’il publie aujourd’hui constitue, comme il aime à dire, la synthèse d’une vie de recherche. Sa grande originalité réside peut-être dans la mise en lumière de ce que Todd appelle la « stratification éducative » : la démocratisation inachevée des études supérieures dans les pays occidentaux, au cours du dernier demi-siècle, a solidifié la fracture entre une caste de nantis sur le plan éducatif et un bloc de laissés-pour-compte, pour qui le parcours scolaire s’est arrêté autour de 18 ans. En analysant les résultats du Brexit, la vague Trump et les percées successives du Front national en France, l’historien montre à quel point le niveau éducatif détermine le vote. L’Occident serait désormais partagé entre des « mondes d’en haut », attachés aux valeurs d’ouverture, et des « mondes d’en bas » qui revendiquent le droit d’une nation à contrôler ses frontières.
Ce fossé est un poison pour nos démocraties, avertit Emmanuel Todd. « Un tiers de la population française pourrit économiquement et moralement, et enrage de son impuissance inlassablement reconduite. » Au lieu de s’en alarmer, ceux d’en haut, qui se voient comme tolérants et progressistes, redoublent de mépris pour ceux d’en bas, perçus comme beaufs, racistes, idiots. D’abord, les idiots ne sont pas ceux qu’on croit, persifle Todd. Et puis, ajoute-t-il, un compromis s’impose, si l’on veut éviter le double écueil mortifère du populisme et de l’élitisme.
Le jour de l’entretien, on se présente avec vingt minutes de retard sur l’horaire prévu au domicile d’Emmanuel Todd, un appartement au charme suranné, avec vue sur les toits de Paris, dans le 14e arrondissement. La faute à de grosses perturbations sur le rail franco-belge. « Voilà où mène la dégradation du service public, se marre l’auteur. On s’est moqué des Anglais qui ont laissé leur chemin de fer se déglinguer. Maintenant, ça arrive chez nous. » Aux dernières élections présidentielles, il a voté Mélenchon au premier tour, puis s’est abstenu de choisir entre Macron et Le Pen, ce qui lui a valu de vives disputes avec ses amis parisiens. Il se défend de chercher la polémique à tout prix. « Je suis de centre-gauche. Mes réactions, ce sont celles d’un citoyen qui voudrait juste que l’on reste dans un monde raisonnable. On peut même dire que c’est une forme de conservatisme éclairé, car pour moi le monde raisonnable, c’est une économie régulée par l’Etat, un capitalisme civilisé, c’est extrêmement minimaliste. »
Seulement voilà, il est inquiet pour l’avenir. Et ne se prive pas de le dire, avec une propension à l’ironie telle qu’on se demande parfois s’il ne charrie pas un peu, pour le plaisir de démonter les évidences.

Votre livre raconte une histoire haletante, celle de l’aventure humaine. Cette fresque, toutefois, vous la laissez sans conclusion. Elle s’achève par quelques pages où vous pointez l’incapacité des acteurs politiques à saisir les enjeux de long terme, et en même temps, à la dernière ligne, vous écrivez « qui sait ? » Un sursaut de lucidité n’est donc pas exclu ?
Oui, c’est extrêmement calculé de ma part de terminer une longue fresque historique par un point d’interrogation, avec une notation pessimiste sur la capacité des responsables politiques à percevoir le temps long. Mon premier travail, en tant que chercheur, c’est de reconstruire l’histoire et de la comprendre, pour moi-même et pour mes collègues. Mais mon parcours intellectuel comporte aussi un élément d’interpellation. De temps en temps, j’aime dire aux citoyens, aux politiques : vous vous trompez, on va dans le mur, regardez mes travaux, essayez d’en faire quelque chose. J’ai écrit un livre qui décrit le monde présent, et qui peut servir de leçon, en quelque sorte. Si on le lit, on va avoir une très belle explication de l’effondrement de la démocratie en Europe, de la nouvelle solidité de la Russie de Poutine, de la montée des inégalités aux Etats-Unis et de la crise Trump… Voilà, j’ai fait mon devoir de citoyen. Si les gens veulent voir, ils verront. Mais si les politiques ne veulent pas en tenir compte, je ne m’effondrerai pas. (...)

=> Lire l’intégralité de ce grand entretien dans notre magazine.

Photo : cc Oestani

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Les guerres intérieures
de Magyd Cherfi

C’est une voix forte venue de Toulouse. Chanteur et écrivain, Magyd Cherfi chronique la (...)

Lire la suite

Coup de cœur

Dans chaque numéro, retrouvez les coups de cœur culturels de la rédaction d’Imagine (...)

Lire la suite

A l’amende

A quoi sert, en principe, une amende ? A nous inciter à respecter la loi. Les amendes pour (...)

Lire la suite