article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Les lanceurs d’avenir

Muntu La vitrine de l’Afrique créative


D.R.

« Je veux montrer ce que la créativité de l’Afrique contemporaine peut apporter à nos sociétés. »
Née à Kinshasa en République du Congo, Aline Delhaye partage depuis dix ans sa vie entre la Belgique et le Sénégal, pays d’origine de son époux. « Je me sens incomplète si je ne navigue pas entre les deux continents, j’ai donc cherché à faire une synthèse. D’un côté, l’Afrique produit de belles choses, de l’autre, le public belge est ouvert aux innovations. J’ai donc voulu valoriser ici ce qui se produit là-bas. » En octobre dernier, Aline a concrétisé son idée avec l’inauguration du concept store Muntu, un espace entièrement dédié à la création africaine et aux idées qui traversent le continent. Logé dans les locaux du restaurant de gastronomie africaine le Kobo à Waterloo, le showroom du projet Muntu présente cent cinquante références qui vont de la poupée pour enfants aux accessoires de décoration en passant par la littérature.
« Je distribue les “Queens of Africa”, les poupées noires en habit traditionnel, imaginées par Taofick Okoya, qui veut donner aux enfants d’Afrique des jouets à leur image et non des Barbies blondes. Je propose aussi les créations de la Sénégalaise Aïssa Diones, une designeuse qui cherche depuis vingt ans à recréer la filière textile d’Afrique de l’Ouest, autrefois très dynamique avant qu’elle ne soit balayée par la mondialisation. »
Pour dénicher ses créateurs, Aline suit les foires, les événements artistiques et stylistiques, lit beaucoup, à la recherche des artistes qui sortent du lot. Pour ouvrir l’année 2018, elle a choisi de présenter la collection de Bull Doff, un styliste sénégalais qui s’inspire de l’Imigongo, l’art décoratif traditionnel du Rwanda. « Nous aurons aussi un cycle de conférences consacré à la pensée africaine. Je pense qu’il faut découvrir la philosophie ubuntu, dont Mandela était le représentant éclairé. Cette pensée, typiquement africaine, refuse tout individualisme en faisant une distinction nette entre les hommes et les biens matériels, l’économie et la communauté. L’idée centrale, c’est de dire “je suis parce que nous sommes”, c’est une manière de vivre que l’on perçoit très vite lorsque l’on est là-bas et qui pourrait être bien utile pour nos sociétés à la recherche d’une transition vers une autre prospérité. » J.-F.P.

=> Lire l’intégralité de cette rubrique dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


De la politique
sans intermédiaires

Avec la création de plateformes numériques, l’émergence de la démocratie « liquide » ou (...)

Lire la suite

Les métamorphoses

Dans chaque numéro, retrouvez le récit graphique inédit de Mathieu Minet dit « la Mine ». Une (...)

Lire la suite

In Koli Jean Bofane,
l’audacieux

C’est un enfant de la Belgique postcoloniale qui, après avoir bourlingué de Kin à (...)

Lire la suite