article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Les lanceurs d’avenir

Peerby, des voisins partageurs


Peerby

Partager des objets dont l’usage est limité plutôt que les acheter ? C’est l’idée de l’initiative Peerby lancée par l’association gantoise WijDelen (Nous partageons), récent lauréat du fonds SE’nSE (Seed Equity & Sustainable Entrepreneurship1) et qui s’apprête à passer en coopérative.
Le principe de ce projet d’économie collaborative est simple. Votre perceuse ne vous sert que trois fois par an ? Vous possédez une tente de cinq personnes, mais vous partez rarement camper ? Vous recevez du monde et vous avez besoin d’une chaise pour enfant, d’un appareil à fondue ou d’une boule à facettes ? Vous vous inscrivez via le site Internet ou l’application Peerby en mentionnant l’objet que vous cherchez. Un message est alors envoyé à l’ensemble des voisins inscrits dans un rayon de 7,5 km maximum. Ceux-ci répondent s’ils sont propriétaires et disposés à prêter l’objet en question. Dans 85 % des cas, c’est bingo !, la tente ou l’extracteur de jus recherché sera rapidement trouvé.
Histoire de ne pas encombrer inutilement sa boîte mail, l’utilisateur peut lui-même déterminer le nombre de demandes quotidiennes qu’il accepte de recevoir. Les réponses positives quant à elles sont mémorisées par le système, qui saura ainsi peu à peu à qui demander ce que vous cherchez. Enfin, chacun peut visualiser sur une carte où habitent ses voisins prêteurs, voir les offres les plus courantes ou consulter les demandes passées.
L’objectif est évidemment écologique, diminuer les achats et donc la production d’objets, mais aussi social : emprunter ou prêter sa friteuse ou son marteau est également l’occasion de rencontrer ses voisins, d’entamer une conversation, de créer du lien.
Lancée au départ aux Pays-Bas, la plateforme Peerby est gratuite, mais une formule payante pour les groupes appelée Peergroups est développée parallèlement. Une entreprise, une association ou même un parc d’activités qui désire encourager les relations sociales entre les employés peut ainsi créer son propre « club » d’échange… L.d.H.

=> Lire d’autres portraits de « lanceurs d’avenir » dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Bure à cuire

Entre la Meuse et la Haute-Marne, l’Etat français et les géants de l’énergie ont (...)

Lire la suite

Adriana Costa Santo
et Mehdi Kassou,
passionnément humains

Elle était étudiante, il bossait dans une boîte de télécoms. En 2015, ils se sont retrouvés (...)

Lire la suite

Runa Khan
et les oubliés du Bangladesh

La reporter-photographe Pascale Sury s’est lancée dans un « tour du monde positif ». Dans (...)

Lire la suite

Les métamorphoses

Dans chaque numéro, retrouvez le récit graphique inédit de Mathieu Minet dit « la Mine ». Une (...)

Lire la suite