article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Anthony,
un amérindien
en résistance

Avant l’invasion des Européens, le peuple des Ramapough Lenape prospérait à Manhattan, à qui l’île doit son nom amérindien. Malgré des siècles d’oppression coloniale, une partie de ses descendants est toujours là. Parmi eux, il y a Anthony Van Dunk, un ébéniste newyorkais et ancien chef de la tribu, qui nous raconte sa douloureuse quête d’identité dans l’Amérique de Donald Trump.

Penché sur son établi, dans un nuage de sciure et de crissements de scie sauteuse, Anthony Van Dunk découpe un morceau de bois. Long cheveux noirs attachés en queue de cheval, port altier, il est occupé à façonner les pièces d’un canapé-lit sur mesure pour l’appartement exigu d’un couple de New-Yorkais. « J’ai toujours été attiré par l’ébénisterie, mais ma femme ne voulait pas que j’en fasse un métier », nous confie ce quinquagénaire à l’énergie juvénile qui, dans une autre vie, bossait dans la pub. « Quand nous nous sommes séparés, je me suis lancé. »
Il y a quelques mois qu’il a installé son atelier dans ce gigantesque bâtiment industriel de Greenpoint, à Brooklyn. Avec sa peau brune et ses cheveux foncés, Anthony ne détonne guère dans cet environnement où travaillent de nombreux ouvriers latinos. Il a d’ailleurs des ancêtres portoricains. Seule sa longue queue de cheval signale son identité amérindienne. « La tradition nous demande de faire pousser nos cheveux, qui sont une connexion avec le créateur et une extension de nos sens », commente cet homme spirituel, qui à New York comme en forêt, peut se sentir « relié aux esprits ».
C’est peu avant la disparition de son père qu’Anthony a pleinement redécouvert ses origines Ramapough, une souche de la nation Lenape qui prospérait dans la région avant l’invasion européenne, au 17e siècle. Il allait avoir trente ans. « J’ai participé à mes premiers pow wow quand j’avais douze ans. Mais mon père n’a officiellement enregistré la famille auprès de la tribu que deux ans avant son décès, comme s’il avait senti qu’il était temps de le faire ».
Pour Anthony et son frère, ce retour aux sources est une révélation. Combien de fois ont-ils parcouru les cinquante kilomètres qui séparent New York de Mahwah, une petite bourgade située à la frontière entre les Etats de New York et du New Jersey, pour participer aux réunions de la tribu ? « J’y allais parfois tous les jours », se souvient l’ébéniste. C’est là, dans cette région montagneuse des Appalaches, que les Ramapough ont (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Photo : A.M.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


En marche
vers une alimentation
sans CO2

Depuis cinq ans, le réseau Gent en garde développe une politique ambitieuse autour de (...)

Lire la suite

Rabiatou Diallo
et Hadja Idrissa Bah,
Rendre justice aux filles

L’une est journaliste, l’autre présidente du Parlement guinéen des enfants. Chacune (...)

Lire la suite

L’énergie des mers

Balayés par les vents, ballottés par les marées, traversés de puissants courants marins, les (...)

Lire la suite

Antoine Deltour,
l’engagement tranquille

L’auteur des fuites du dossier LuxLeaks et ancien employé du cabinet d’audit (...)

Lire la suite

Des roues libres
et des ailes

Le 17 mars, à Boitsfort, le festival En roue libre mettra pour la première fois à (...)

Lire la suite

Leidy Casimiro,
L’autosuffisance cubaine

En collaboration avec le mouvement Slow Food (www.slowfood.com), Imagine met en avant un (...)

Lire la suite