article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Rencontre

Christian Panier,
l’insoumis

Derrière le juge engagé et iconoclaste se cache un juriste pointu et humaniste. A 67 ans, Christian Panier n’a ni dieu ni maître. Erudit, charismatique, fou d’opéra et de voyages, il a traversé la Belgique entre ses piliers. Avant d’accepter, en 2015, une locataire de taille : Michelle Martin. Rencontre avec un homme de cœur et d’esprit.

« Le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis. »
Confortablement attablé dans cette brasserie vieille France du centre de Namur, Christian Panier prend un charmant plaisir à citer André Gide. Un écrivain avec qui, de toute évidence, le tourbillonnant juge à la retraite partage l’amour de la langue, la passion du théâtre, une homosexualité assumée et un anticonformisme viscéral. L’insoumission, ça lui connaît.
Désormais « rangé des voitures », comme il le glisse avec un sourire canaille, ce sexagénaire hétérodoxe, qui fêtera ses soixante-sept ans le 23 août prochain, a tout le temps devant lui, et nous aussi.
La veille, il est allé manifester place Poelaert « pour soutenir les copains », aux côtés de six cents avocats et magistrats venus dénoncer la décrépitude de la Justice. Et entre un spectacle d’opéra à la Scala de Milan, l’écriture d’un livre de « souvenances », une conférence sur l’état déplorable de nos prisons, un nouveau voyage en Asie et le plaisir simple de regarder un documentaire sur François Mauriac, Christian Panier jouit de la vie. Intensément.

« Chaque matin en me levant, je savoure l’idée d’être vivant. Quel intense bonheur », nous confiera-t-il, au cours d’une passionnante conversation de plus de trois heures, où se dépliera une personnalité composite et cultivée, dont les qualités de cœur et d’esprit jaillissent entre chaque mot. Avec cette incroyable habileté verbo-motrice et ce sens inné de la com’ qu’on lui connaît, capable de citer quelques vers de Racine en dégustant avec joie deux croquettes de crevettes et saluant avec fracas le Tout-Namur politique et judiciaire qui défile.
« Panier, vous parlez comme un livre ! » lui avait dit l’ex-ministre libéral Robert Henrion. Ce n’est pas faux. Un livre que cet enfant de Charleroi, nous ouvrira page après page. Avec (...)

=> Lire l’intégralité de cette rencontre dans notre magazine.

Photo : Frédéric Pauwels

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Communa,
les nomades urbains

Depuis 2013, l’asbl Communa occupe, partout à Bruxelles, des bâtiments désertés pour les (...)

Lire la suite

Les lanceurs d’avenir

C’est qui le patron ?! Du lait équitable et 100 % belge François Boueyrie Après son (...)

Lire la suite

Les métamorphoses

Dans chaque numéro, retrouvez le récit graphique inédit de Mathieu Minet dit « la Mine ». Une (...)

Lire la suite