article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Dossier

Désobéir

Face à une classe politique décriée, à la puissance des lobbies et à l’arrivée au pouvoir de populistes, nos démocraties représentatives sont malmenées, et paraissent de moins en moins adaptées aux défis à venir. Certains font entendre leur voix par la manifestation, la négociation ou le plaidoyer. D’autres se placent plutôt du côté du concret et construisent des alternatives. Mais pour une dernière catégorie de citoyens, il n’y pas d’accommodements possibles face à l’urgence et à l’importance de leur cause – le changement climatique, l’accueil des migrants, le nucléaire, la guerre… –, ils décident donc de désobéir à la loi pour la dénoncer. Et reprendre le pouvoir sur le fatalisme et l’inaction.
Ces activistes pénètrent sur un site nucléaire, occupent un bâtiment vide pour loger des personnes sans abri, refusent d’accomplir leur service militaire obligatoire, viennent en aide aux réfugiés ou participent à une manifestation non autorisée. Ils ont décidé de dire « non », ils passent à l’action. En ce 50e anniversaire de Mai 68, Imagine est allé à la rencontre de ces désobéissants politiquement aguerris, joyeux ou radicaux.

Pourquoi désobéir en démocratie  ? Pourquoi s’opposer activement à une loi, non pas juste en la dénonçant, mais en posant un acte illégal ? La loi n’a-t-elle pas été votée par les représentants du peuple, donc par la majorité ? Comment serait légitime celui qui, volontairement, enfreint cette loi ? La désobéissance politique ne remet-elle pas en cause le principe démocratique ?

Depuis ses origines, notre système politique prétendument représentatif se bat avec ces questions. De Platon à Habermas en passant par Hannah Arendt, bien des philosophes ont exploré le sujet. De ces visions diverses se dégagent trois types de discours, selon Manuel Cervera-Marzal, sociologue et chercheur à l’EHESS [1].
Un discours « conservateur », selon lequel la désobéissance est synonyme d’anarchie et de désordre, « parce que si chacun est libre de désobéir à une loi au seul motif qu’il la juge injuste, alors il n’y a plus de vivre ensemble possible ».

Un discours « libéral », qui perçoit la désobéissance comme un moyen de corriger les éventuels dysfonctionnements de la démocratie et de faire converger la réalité avec l’idéal. « Dans ce cas, la désobéissance doit s’exprimer à petite dose, sous conditions : sans violence, en acceptant d’aller en prison ensuite, etc. ».

Et, enfin, un discours « désobéissant », porté par des figures comme Gandhi ou Martin Luther King, pour lesquelles la désobéissance n’est pas simplement un « correctif », mais bien le souffle vital de la démocratie, absolument nécessaire pour que celle-ci se perpétue, dans un mouvement permanent. « Pour les partisans de la désobéissance, c’est en se mettant hors la loi qu’on fait progresser la loi, elle ne doit donc pas rester figée », précise le chercheur.

De Thoreau aux objecteurs de conscience

La notion de désobéissance civile est principalement venue des Etats-Unis, au 19e siècle, « à l’époque où la démocratie essaie de se réinventer sur le sol américain — à partir de ses sources européennes », écrivent Sandra Laugier et Albert Ogien dans Pourquoi désobéir en démocratie.

Pour les précurseurs du mouvement, les philosophes Henry David Thoreau et Ralph Waldo Emerson, nous avons non seulement le droit mais aussi le devoir de désobéir face à (...)

=> Lire l’intégralité de ce dossier de 12 pages dans notre magazine.

Jérôme Peraya/Collectif Krasnyi

[1Auteur de Les nouveaux désobéissants : citoyens ou hors-la-loi ?, Le Bord de l’eau, 2016.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Les scandales politiques
font-ils les affaires
de la démocratie ?

Une décennie après les « affaires » qui ont touché principalement Charleroi, de nouveaux (...)

Lire la suite

USA-Chine :
le choc des puissances

La « guerre commerciale » annoncée par le président Trump a pour principal objectif (...)

Lire la suite

Le Cap
bientôt sans eau

Dans les prochains mois, la ville de Cape Town, en Afrique du Sud, va devoir affronter une (...)

Lire la suite

Des cheveux
vendus au kilo

Très en vogue, notamment via le web, le commerce des cheveux humains n’a jamais été aussi (...)

Lire la suite

Le Maroc en marche
contre les inégalités

Depuis plus d’un an, la contestation populaire gagne du terrain dans plusieurs villes (...)

Lire la suite

Sapiens,
éternel migrant

Au cours des pérégrinations qui les menèrent hors de l’Afrique, nos ancêtres (...)

Lire la suite

Trop d’élevage
nuit au climat

Rejets massifs de gaz à effet de serre par le bétail, transport d’aliments et (...)

Lire la suite

Comment parler
du pire ?

Les médecins annoncent souvent des mauvaises nouvelles. Comment font-ils ? Peut-on s’en (...)

Lire la suite

Des métaux sales
pour des énergies propres

Pour libérer la planète de la toute-puissance du pétrole, on nous annonce une révolution « (...)

Lire la suite