article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Dossier

Hommes et animaux :
L’introuvable différence

Après s’être acharnés à chercher « le propre de l’homme », les scientifiques reconnaissent de plus en plus que leur quête mène à une impasse. Désormais, il est établi que les animaux eux aussi peuvent rêver, avoir peur, se réconcilier ou mentir. La prochaine étape ? Cesser de dire « les chiens », « les chevaux », « les merles », « les truites », mais considérer chaque être vivant comme un individu doué de qualités propres.

« On ne verra jamais mais mais... » La ritournelle d’Henri Dès a enchanté plusieurs générations d’enfants. Trois notes, une poignée de mots, et c’est parti. Entortillées sur une mélodie guillerette, les paroles rigolotes illustrent une évidence : non, décidément, humains et animaux ne font rien pareil. « On ne verra jamais mais mais / Un gentil têtard / Avec sa guitare / Chanter des chansons / Aux poissons. » Foi d’Henri Dès, il y a tant d’autres situations cocasses qu’on ne verra jamais. Par exemple : « Vingt mille fourmis / Prendre le taxi / Pour faire un p’tit tour / Dans la cour. » Ni même : « Un chat de gouttière / Boire un verre de bière / Dans un restaurant / Elégant. » Et ainsi de suite. Avec son sens de l’absurde et de la fantaisie, le plus moustachu des chanteurs suisses n’a fait que traduire en musique une énigme qui a tourmenté pendant des siècles les plus grands scientifiques : qu’est-ce qui distingue l’homme des animaux ? Autrement dit : qu’est-ce qu’on ne verra jamais (mais mais) chez nos amis à plumes, à écailles et à poils ?

Aussi fondamentale qu’elle nous apparaisse aujourd’hui, la question n’a pas toujours tracassé l’esprit humain. « Elle a été théorisée autour du 4e et 5e siècles avant Jésus-Christ par les philosophes grecs, retrace l’historien Eric Baratay, professeur à l’université Lyon-3. Aristote et Platon, notamment, ont formalisé la nature comme une pyramide. On partirait de tout en bas, avec les animaux les plus simples, et on aurait tout en haut l’homme, la créature la plus aboutie. Cette vision pyramidale a été reprise, sous l’influence des Pères de l’Eglise, par le courant dominant du christianisme, puis par la philosophie occidentale. Au point que la différence entre l’homme et l’animal est devenue une question obsessionnelle, avec toujours un sous-entendu : pourquoi l’homme est-il supérieur ? »

Il existe pourtant de nombreuses sociétés où l’homme n’est pas perçu comme un être séparé du monde animal. Et pas seulement parmi les peuples indigènes vivant au coeur de l’Amazonie. Junichiro Itani, Kinji Imanishi, Tetsuro Matsuzawa… Le Japon a livré quelques-uns des plus grands primatologues du 20e siècle et ce n’est pas un hasard. « Les Japonais n’ont pas été corsetés comme nous par cette philosophie grecque très hiérarchique, note Eric Baratay. Pour eux, cette question de la différence hommeanimal n’a pas lieu d’être, car ils ne conçoivent pas le monde selon une vision pyramidale où l’homme, au sommet, doit surtout garder son pré carré. Dès lors, ça les a rendus plus ouverts à la compréhension des grands singes. »

La redécouverte de notre animalité ?
Aujourd’hui, une barrière est peut-être en train de craquer dans les esprits occidentaux. La multiplication des livres consacrés à la question animale – du pistage de la panthère des neiges à l’organisation des fourmis – témoigne d’un (...)

=> Lire l’intégralité de ce dossier (10 pages) dans notre magazine.

Photo : Damien Caumiant

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Faire campagne
(à l’heure d’Internet)

Les jeunes électeurs qui participeront pour la première fois à un scrutin sont nés après (...)

Lire la suite

Jonathan Durand Folco
« A nous la ville »

Docteur en philosophie de l’université Laval et professeur à l’Ecole (...)

Lire la suite

A quand la prochaine crise financière ?

Suite à la crise financière mondiale de 2008, le G20 s’était engagé à réformer (...)

Lire la suite

350.org :
haro sur les énergies fossiles

Depuis dix ans, le mouvement populaire et planétaire 350.org se mobilise pour promouvoir le (...)

Lire la suite

Du cacao
à un prix juste

Les producteurs africains de cacao, qui fournissent les deux tiers de la savoureuse cabosse (...)

Lire la suite

Mathieu Roy, réalisateur :
« On va connaitre d’autres épisodes de disettes et d’émeutes »

En octobre prochain, le Festival Alimenterre battra son plein à Bruxelles et en Wallonie. A (...)

Lire la suite

Carbone ou silicium :
la nature a fait
son choix

Alors même que le silicium est prédominant sur notre planète, c’est le carbone qui est à (...)

Lire la suite

Les murs n’arrêtent pas
que les humains

Nous érigeons beaucoup de murs. Mais nous ne sommes pas les seuls à habiter la Terre… (...)

Lire la suite