article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Web

Youtubeurs
en prise directe

Osons causer, Professeur Feuillage, Usul, Tout est politique, Data Gueule, Naya Ali, Partager c’est sympa… Ils sont jeunes, créatifs, portés vers l’audiovisuel et souvent engagés à gauche. Leurs chaînes YouTube font un carton et à chacune de leurs interventions vidéo, ils touchent des centaines de milliers d’internautes en traitant d’écologie, de féminisme, de discriminations, de politique fiscale, d’urgences climatiques ou de luttes sociales. Les uns s’inscrivent dans le registre de la tribune d’opinion, les autres dans le pastiche, la déconstruction, la dérision ou l’info davantage factuelle ou pédagogique.

Ex-étudiants en sciences sociales, militants vidéastes, journalistes freelance, humoristes : à chaque youtubeur son parcours, son univers graphique, sa mise en scène solo ou entre amis. Le public type de ces youtubeurs est indifféremment jeune (18-30 ans) et apprécie leurs univers souvent drôles, grinçants ou décalés et leurs prises de paroles spontanées, minutieusement mises en scène ou décomplexées qui nagent à contre-courant des médias traditionnels et ne sont pas sans rappeler les radios libres des années 1970.

Aujourd’hui, la parole de ces vidéastes web engagés pèse dans l’espace public. Certains d’entre eux ont d’ailleurs un objectif politique affirmé : « gagner la bataille culturelle », comme le résumait en 2017 dans Le Monde le trio de la chaîne Osons causer.
Ils évoluent hors des institutions classiques (partis, syndicats, médias), financent leurs productions de plusieurs manières (dons, pubs, ONG, boîtes de production) et entretiennent des liens variables avec YouTube et les autres réseaux sociaux.

En optant pour un canal de diffusion facile d’accès et rapidement partageable, qui permet d’accueillir des vidéos courtes, mais néanmoins construites et développées, ces vidéastes se réapproprient le web trop longtemps confisqué par des propagandistes d’extrême droite, du type Alain Soral. Ils entendent ainsi repolitiser la jeunesse, bousculer les esprits, défendre la transition écologique et sociale. « On est aussi là pour inspirer les gens. Qu’ils se sentent ensuite la légitimité d’agir et de défendre des idées », insiste Vincent Verzat, du projet On déborde, cité par nos confrères de Bastamag.
Imagine a parcouru cette vidéosphère où se côtoie forcément le meilleur et le pire, et vous propose sa sélection critique, subjective et non exhaustive de youtubeurs qui (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Marie-Hélène Lafon,
au plus près des saisons

Fille de paysans, l’écrivaine Marie-Hélène Lafon a grandi dans une ferme isolée du (...)

Lire la suite

Hubert Reeves,
le réveil vert

A terme, la moitié des espèces vivantes pourraient disparaître, plongeant l’homme dans un (...)

Lire la suite

Jobs à la con

Vous avez l’impression que votre emploi ne sert à rien, ou pire, qu’il est néfaste (...)

Lire la suite

Le « tétralemme »
ou l’art de couper les cheveux en quatre

Et si, pour remettre en question nos habitudes de pensée, et même nous contredire sereinement, (...)

Lire la suite