article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Société

Journal d’un tribunal

Pendant trois semaines, Imagine a arpenté les couloirs de la justice liegeoise et les trois divisions (Liège, Verviers et Huy) du Tribunal de première instance. Un reportage au long cours pour observer et raconter les mille et un visages de la justice pénale et civile, ses splendeurs et ses misères. Une justice tour à tour pédagogique et humaine, hermétique et expéditive, ordinaire et fastueuse, aux côtés de juges, d’avocats, de greffiers, de justiciables… Voici notre Journal d’un tribunal au plus près de la vie judiciaire, là où bat le cœur de notre Etat de droit.


Jean-Louis Wertz

PREMIERE SEMAINE

Lundi, allô police ?
« Le 7019 ? »
« Etat d’ivresse. 2,41 grammes, pas mal ! », ironise le juge Dumont. Le petit homme à lunettes baisse la tête, tout penaud. Son avocat prend les devants : « Monsieur conteste tout, il était passager. C’est son frère qui conduisait.  » Le magistrat épluche le dossier, perplexe :
« Six condamnations à son actif : délit de fuite, excès de vitesse, ivresse… ». Mais il écoute les arguments : les deux frères hors du véhicule à l’arrivée de la police, l’attestation de la conductrice d’en face. « Je vous demande l’indulgence, M. le juge. J’ai six enfants à charge. Si je perds mon permis, c’est la catastrophe. » L’affaire est reportée : des devoirs supplémentaires seront effectués pour déterminer qui des deux frères était effectivement au volant.
« Le 7022 ? », enchaîne le huissier.

La salle A du tribunal de police est bondée, les contrevenants se succèdent : des mines sombres, apeurées, aux aguets. Jeunes, vieux, tous milieux sociaux confondus. Avec ou sans avocat. Tous auteurs d’infractions plus ou moins graves au Code de la route.

Les sanctions tombent, tel un couperet. Le conducteur pressé qui a pris la fuite après un accrochage : une peine de quatre-vingts heures de travail, huit jours de déchéance de permis. Le transporteur qui a bidouillé son tachygraphe en se mettant en pause alors qu’il travaillait : 600 euros d’amende. Le chauffard à 173 km/h sur l’autoroute, sans antécédents, mais qui ne « s’était pas rendu compte »  : 240 euros à payer.

Ici, c’est une justice exécutive, prompte en besogne, parfois moralisatrice : le juge pose le cadre, la défense va droit au but, le ministère public ne s’étend guère. Avec ses inattendus techniques – un vice de procédure, une erreur de plume, le verbalisant pas suffisamment formé, un éthylomètre non conforme… –, mais aussi sa part d’humanité. « J’ai eu deux pontages, raconte un homme tremblotant, appuyé sur sa canne. Je ne buvais plus. Mais au décès de mon frère, après le départ de ma femme, j’ai craqué ». Contrôlé à 2,5 gramme, sur un parking, il raconte en deux mots sa situation. « Je suis au CPAS, je mange grâce aux colis alimentaires, je fais du bénévolat, j’essaye de m’en sortir M. le juge. » Le magistrat a l’oreille attentive : ni amende, ni retrait de permis, mais une formation à l’IBSR. « Merci… », l’homme s’en retourne, soulagé.

Une conductrice qui souffre de troubles bipolaires contrôlée positivement, un entrepreneur récidiviste pris à 136 km/h au lieu de 50, un jeune commercial de chez Ethias réveillé sur la bretelle d’autoroute après une soirée arrosée… Les dossiers s’enchaînent et les peines tombent. Une jeune mère de deux enfants qui « travaille dix-neuf heures semaine, avec des horaires de nuit », citée pour avoir emprunté un sens interdit, s’avance à la barre, la voix chevrotante : « Je n’ai pas vu le panneau… » Plutôt qu’une amende lourde (« impossible à payer, Monsieur »), le juge est compréhensif et opte pour une formation. L’audience du matin touche à sa fin. Dans le couloir, on lit : « Respecte le code de la route, évite un carton rouge ! » A côté d’une autre affiche pour une « soirée du rire » avec les Fratelli Brothers.
Amusante justice quand tu nous tiens…

=> Lire l’intégralité de ce reportage (8 pages) dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Loos-en-Gohelle :
L’étoile et les cailloux blancs

Façonnée par des décennies d’exploitation minière, Loos-en-Gohelle, dans le nord de la (...)

Lire la suite

Christian Clot,
l’explorateur
de l’extrême

D.R. En explorant des régions les plus extrêmes de notre planète, Christian Clot se dédie à (...)

Lire la suite