article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Dossier

Les cent visages
de la génération climat

« Quelle planète allons-nous laisser à nos enfants ? » Tant de fois posée, cette question renvoie souvent à l’image d’une jeunesse passive. Mais si ces « enfants », justement, avaient grandi, et étaient en âge d’agir ? La COP24, la Conférence de Katowice sur le climat, approche à grands pas, et des milliers de jeunes se mobiliseront à nouveau du 3 au 14 décembre en Pologne et partout dans le monde. Comment ces 18-35 ans nés avec le web et les urgences environnementales s’engagent-ils ? Enquête sur cette génération climat, ses combats, ses peurs et ses espoirs.

« See you in court » (« Rendez-vous au tribunal  »), défie le jeune Levi Draheim. Agé de seulement onze ans et originaire de Floride, Levi fait partie des vingt-et-un jeunes citoyens états-uniens qui, depuis 2015, se battent pour faire comparaître leur gouvernement fédéral devant la justice. Soutenus par la fondation Our Children’s Trust, ceux-ci l’accusent d’avoir, par son mode de développement fondé sur les énergies fossiles, entretenu le réchauffement climatique, et par là violé le droit à la vie et à la liberté de leur génération.

Baptisé Youth vs. Gov, leur procès débutait le 29 octobre dernier. C’est la première fois aux Etats-Unis que la jeunesse poursuit le gouvernement fédéral pour des questions environnementales. Un procès qui s’inscrit dans un contexte de recours croissant à la justice climatique. Non sans raison : bouleversements des écosystèmes, extinction de la biodiversité, pollution des sols, perturbateurs endocriniens…, tous les indicateurs sont au rouge. Et de plus en plus de citoyens estiment leurs dirigeants responsables de cette situation. Au vu de la trajectoire actuelle et des rapports de plus en plus alarmants publiés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), tout porte à croire que la jeunesse d’aujourd’hui subira de plein fouet l’effondrement des écosystèmes d’ici quelques années : chaleurs extrêmes, catastrophes naturelles répétées, hausse du niveau des océans, vagues migratoires massives…

Dès lors, cette génération qui est née, a grandi et a mûri au faîte de l’anthropocène, cette période caractérisée par les répercussions sans précédent de l’activité humaine sur les écosystèmes de la planète, est appelée à jouer un rôle essentiel dans un futur proche.

« Nous sommes un peu la génération de la dernière chance, s’exclame Louise, 20 ans, étudiante en sciences politiques. Si nous ne faisons rien, je ne suis pas certaine qu’il y aura une génération après nous pour pouvoir en parler. »

Il semblerait pourtant que cette tranche d’âge des 18-35 ans, les Millennials ou e-generation, comme on l’appelle parfois, ne se sente pas suffisamment impliquée dans ce combat. Selon le baromètre de la jeunesse 2017 réalisé par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), plus d’un jeune Français sur deux aurait ainsi le sentiment que son avis n’est pas pris en compte.

« Nous ne sommes toujours pas considérés comme légitimes pour participer aux négociations officielles sur le climat, dénonce Jason Dozier, vice-président de CliMates, un thinktank dont le but est de porter la parole de la jeunesse sur les enjeux climatiques, et qui, tous les deux ans, organise un sommet international dans ce but. Pourtant, les décisions prises nous impacteront directement car nous allons vivre de près les conséquences du changement climatique. Nous voulons donc être associés aux solutions qui sont discutées. » Ninon, 29 ans, ingénieure environnementale spécialisée dans le développement rural, acquiesce  : « Les enjeux sont trop urgents pour que l’on ait le luxe d’attendre que notre génération atteigne les postes à responsabilités. »

Mais cette génération sacrifiée, unanimement consciente et désireuse d’agir, existe-t-elle vraiment ? (...)

=> Lire l’intégralité de ce dossier (10 pages) dans notre magazine.

Photo : cc Vlad Tchompalov

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Elargir les droits
fondamentaux ?

L’ajout de nouveaux droits fondamentaux contribue-t-il à une société plus juste et plus (...)

Lire la suite

Où est passé
le communisme chinois ?

Premier bailleur de fonds sur la planète avec 3 100 milliards de dollars de réserve de change (...)

Lire la suite

Frauduleux médicaments

Des médicaments mal préparés, sous-dosés, non enregistrés ou falsifiés, un marché mondial (...)

Lire la suite

La démocratie libérale victime de la mondialisation néolibérale

L’insécurité économique des perdants de la mondialisation se double d’une (...)

Lire la suite

De « l’effet de serre »
à la « planète étuve »

Au-delà d’un certain seuil, le réchauffement climatique s’emballe. Que veut dire (...)

Lire la suite

Plus longtemps
morts que vivants

Chaque espèce d’organisme vivant a sa propre durée de vie. Celle-ci varie de quelques (...)

Lire la suite