article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°131 - janvier & février 2019

Ils innovent pour construire un monde durable

Les lanceurs d’avenir

Belgian cycle logistics federation
Plus de vélos, moins de CO2

La livraison de colis à vélo-cargo, une idée au départ aussi marginale que téméraire, est aujourd’hui un secteur en forte croissance. « Les deux-roues présentent plusieurs avantages, détaille Serge Mignonsin, administrateur de la coopérative liégeoise Rayon9. Ils se faufilent partout, fluidifient la circulation et introduisent de la convivialité, tout en offrant un spectacle amusant aux passants. »

Ce mode de livraison est encore renforcé par une étude de l’université d’Anvers qui a calculé qu’il revient moins cher que les classiques transports en fourgonnette : 4,52 euros contre 6, par arrêt, si l’on tient compte de tous les coûts, le temps d’attente dans les embouteillages et les accidents compris. Par ailleurs, ce vélo à assistance électrique (VAE) est capable de prendre en charge des livraisons volumineuses : un vélo-cargo transporte cent kilos de marchandises en soute, plus 150 kilos en remorque. « Nous livrons même de gros appareils électroménagers, notre remorque est formatée pour charger une palette entière. »

Les deux vélos de Rayon9 parcourent en moyenne 1 000 kilomètres par mois pour livrer 500 colis, dont des colis du magazine Imagine, économisant au passage les 300 kilos de CO2 qu’aurait dégagés un moteur diesel. « Nous créons également des emplois de qualité, reprend l’administrateur, à destination d’un public de jeunes parfois difficiles à caser. Loin du modèle des plateformes de livraison de plats à domicile (comme Deliveroo), nous fournissons un contrat d’emploi salarié ainsi que tout le matériel nécessaire : vélo, tenue, téléphone. »

Poussé par son image éthique et écologique, qui lui attire la sympathie du public et une clientèle en recherche d’alternative, le secteur de la livraison douce cherche maintenant à se structurer.

En novembre dernier, six sociétés ont créé leur propre fédération, la Belgian cycle logistics federation [1]. « Nous allons pouvoir faire des économies d’échelle, avec des achats groupés, une renégociation de nos assurances et la mise en place d’un secrétariat social unique. Nous allons également nous faire entendre par des campagnes de lobbying », se félicite Serge Mignonsin.

Les six membres de la fédération totalisent trente-quatre emplois temps plein qui parcourent 360 000 kilomètres pour transporter 720 tonnes de matériel dans plusieurs villes (Bruxelles, Liège, Namur, Mons…). Et ce n’est qu’un début. « En nous regroupant, nous devrions gagner de nouveaux clients avec une offre unique qui couvre plusieurs villes : une grille tarifaire, un service identique partout, et une seule facture. » Une offre qui manquait, les entreprises étant jusqu’ici éparpillées et rivées à leur ville. J.-F.P.

=> Lire d’autres lanceurs d’avenir dans notre magazine.

[1Dioxyde de Gambettes (dioxyde-de-gambettes.com), Cargo Vélo, Rayon 9 (rayon9.be), Coursier Mosan (coursierwallon.be) , Viavélo et Molembike (molembike.be).

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


La marche verte

65 000, 70 000, 75 000 … ? Peu importe le nombre précis : ce dimanche 2 décembre, sous un ciel bas (...)

Lire la suite

Malines :
devenir neutre
en carbone

Peut-on être, dans une économie mondialisée, une ville dynamique et prospère tout en prenant la (...)

Lire la suite

Corentin de Chatelperron :
l’aventurier
du low-tech

A 35 ans, la voix juvénile, les cheveux en bataille, Corentin de Chatelperron a toujours un air (...)

Lire la suite