article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Brésil

Jair Bolsonaro :
pourra-t-il détruire l’Amazonie ?

Elu en octobre, intronisé en janvier, Jair Bolsonaro, le nouveau président brésilien, va-t-il amplifier le saccage de l’Amazonie ? Cet ancien militaire, nostalgique de la dictature, ouvertement raciste et homophobe, n’a cessé de clamer durant sa campagne son intention d’exploiter davantage la forêt. Mais il aura du mal à mettre ses projets en œuvre.


CIAT

Il est loin le temps où le Brésil jouait les premiers de classe à Paris lors du sommet climatique de 2015. Lors de la COP21, une délégation forte de 850 personnes était venue vanter les efforts du plus grand Etat d’Amérique latine (209 millions d’habitants) pour sauver le climat, avec son mix énergétique composé à 40 % d’énergies renouvelables, trois fois la moyenne mondiale, et une législation adaptée à la lutte contre la déforestation.

« Le Brésil fut l’un des rares pays à venir à Paris avec des engagements chiffrés et datés, avec une réduction de 37 % de ses émissions de carbone pour 2025 et de 43 % pour 2030, souligne Catherine Aubertin, économiste de l’environnement à l’IRD. Il se posait également en modèle pour une agriculture bas carbone, mettant en avant ses producteurs qui adoptent des labels prévoyant l’exclusion du travail des enfants, la protection des forêts, l’agriculture bio. »

La cinquième puissance mondiale a amorcé son virage écologique en 2004, sous la présidence de Lula (2003-2011, parti des travailleurs), en se dotant d’un important arsenal répressif pour lutter contre la déforestation qui avait déjà détruit 18 % de la forêt originelle. Presque la moitié de la forêt a été sanctuarisée en aires protégées. La fraction détenue par des intérêts privés ne peut être mise que très partiellement en exploitation. Et des satellites scrutent en permanence l’Amazonie pour déceler les fraudes.

En 2014, ces mesures avaient permis de réduire de 41 % la déforestation, qui était tombée à
5 012 km2 cette année-là – ce qui représente environ la taille de la province du Luxembourg. Par ailleurs, le Brésil s’est engagé drastiquement contre l’émission de gaz à effet de serre : en 1995, il était responsable de 6 % de la production mondiale, aujourd’hui il est passé à 2,8 %.

Mais cette politique volontariste pourrait s’arrêter brutalement par la décision du nouveau président, Jair Bolsonaro (parti social-libéral, extrême droite), élu le 28 octobre dernier, qui veut (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Réinventer l’agriculture

L’agriculture conventionnelle traverse des moments difficiles. Avec d’un côté, de (...)

Lire la suite

L’autonomie,
pour quoi faire ?

Se donner ses propres règles de fonctionnement, s’administrer soi-même est souvent perçu (...)

Lire la suite

OMC :
la réforme ou la mort

Critiquée par les Etats-Unis, l’OMC est sommée de se réformer. Pourtant, si l’OMC a (...)

Lire la suite

Santé mentale,
la grande oubliée
du Sud

Faute de moyens humains et budgétaires, les maladies mentales sont très peu prises en charge (...)

Lire la suite

Crise de la dette
au Sud

Dix ans après la chute de Lehman Brothers, les pays en développement croulent à nouveau sous (...)

Lire la suite

Non, les Néandertaliens n’étaient pas des bêtes !

Avant que notre espèce, les Hommes anatomiquement modernes (HAM) ou Homo sapiens, ne (...)

Lire la suite

Le blob

Il existe ! Ce n’est pas seulement le personnage principal d’un célèbre film (...)

Lire la suite