article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°131 - janvier & février 2019

Finance alternative

NewB,
la banque de l’espoir

Pour la coopérative NewB, l’année 2019 s’annonce décisive pour lancer la première banque locale, coopérative et éthique en Belgique, avec le dépôt imminent d’un dossier d’agrément et une nouvelle campagne de mobilisation. Retour sur cette grande aventure financière et citoyenne lancée en 2013, au lendemain de la crise bancaire, et portée par 50 300 coopérateurs et 156 organisations membres.

Créer une nouvelle banque qui soit à la fois locale, coopérative, éthique et durable : c’est le pari un peu fou et sans précédent lancé en 2011 par les porteurs du projet NewB.

Deux ans plus tard, encore sous le choc d’une crise financière et bancaire aux conséquences terribles pour les Etats et les contribuables (dégradation de l’économie, endettement, hausse du chômage, politiques d’austérité...), une soixantaine d’organisations sociales belges lançaient une campagne de souscription publique : en cent jours, pas moins de 48 898 personnes décident alors d’acquérir une part sociale dans la coopérative.

Derrière cette « lame de fond », se félicite aujourd’hui le président de NewB, Bernard Bayot, on retrouve autant de « citoyens pionniers soucieux de placer leur argent en lieu sûr et dans l’intérêt général ». Aujourd’hui, l’aventure NewB se poursuit plus que jamais. Mais 2019 s’annonce l’année « de tous nos espoirs », comme nous explique Tom Olinger, son administrateur délégué et ancien directeur financier de chez Crélan. Car la fondation d’une nouvelle banque prend du temps. A fortiori si celle-ci s’appuie sur un modèle totalement inédit et alternatif…

NewB doit avant tout obtenir une licence bancaire et l’aval des autorités de contrôle : la Banque nationale de Belgique (BNB) et la Banque centrale européenne (BCE). Pour ce faire, elle doit répondre à d’innombrables exigences techniques, juridiques et financières dans un milieu pour le moins corporatiste et conservateur.

Depuis de longs mois, les dirigeants de NewB mènent des négociations discrètes et ardues. Après avoir essuyé au départ une fin de non-recevoir de la BNB, plusieurs réunions informelles, une adaptation de son plan financier et des garanties supplémentaires apportées en 2017 – l’entrée au capital de NewB de Monceau Assurance, un groupe mutualiste français, à concurrence de 10 millions d’euros –, le comité est désormais sur le point de déposer un dossier d’agrément.

« Nous avons travaillé de manière rigoureuse et approfondie, avec des bureaux d’experts spécialisés et différents stress tests. Notre dossier de 800 pages est fouillé. On espère que cette fois le régulateur donnera son (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


George Monbiot :
« On ne sauvera pas
la planète avec des baskets écologiques »

Dave Stelfox Pour le journaliste et militant écologiste britannique, « ce qui nous unit est plus (...)

Lire la suite

Angela Burnett,
survivre à l’ouragan

Angela Burnett, jeune trentenaire venue des Iles Vierges britanniques, a vu Irma, l’un des (...)

Lire la suite

Radir Manzur,
un docteur au chevet
des Bangladeschis

Acteur social de premier plan, le docteur Kadir Manzur veille avec son organisation sur la (...)

Lire la suite

Le vol de vélo,
un frein à la pratique

Les vols ne contrarient pas seulement les cyclistes qui en sont victimes. Ils compliquent aussi (...)

Lire la suite