article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°133 - mai & juin 2019

Militance

Grands-parents
pour le climat :
le réveil des consciences

Ils ont connu la paix de l’après-guerre, les golden sixties, les vertus de l’Etat social actif. Mais ils ont vu aussi la planète se dégrader à une vitesse folle, les ravages de l’économie néolibérale et l’explosion des inégalités. Réunis au sein de l’association Grands-parents pour le climat, ils se rangent aujourd’hui du côté de l’éveil des consciences, de la transmission aux générations futures et du plaidoyer politique. Rencontre avec deux chevilles ouvrières du mouvement qui souhaitent laisser à leurs petits-enfants une terre pour vivre et s’épanouir.

Elle arrive en train de Braine-l’Alleud, lui à vélo du Cinquantenaire. Sous un ciel bleu éclatant et un généreux soleil d’hiver inondant le Boulevard Simon Bolivar, Thérèse Snoy et François de Borman savourent leur capuccino. La présidente et le vice-président des Grandsparents pour le climat ont le sourire : le jeudi précédent, des milliers de jeunes ont encore marché pour le climat à Huy, Liège, Tournai, Anvers. « Ce mouvement me remplit de fierté, se réjouit l’ancienne secrétaire générale d’Inter-Environnement Wallonie de 1997 à 2002. J’admire leur détermination, leur indépendance d’esprit, le côté résolument pacifique, bon-enfant et positif de la démarche. » « Ils donnent aux adultes une leçon de politique avec une expression à la fois nuancée et modérée », abonde François de Borman, ancien ingénieur civil employé pendant trente ans chez Exxonmobil, aujourd’hui actif dans l’association créée en 2015.

« A l’époque, détaille Thérèse Snoy, je m’interrogeais sur les moteurs de la mobilisation. Après mon expérience comme parlementaire (elle a siégé sept ans comme députée fédérale), j’avais le sentiment que l’on parlait souvent du climat en des termes technocratiques, avec un langage austère, ardu, en négligeant le rôle des émotions. Je suis alors tombée sur un article dans la Revue durable qui parlait de la naissance des Grands-parents pour le climat en Suisse et j’ai trouvé l’idée très belle. A la veille de la COP21, nous avons lancé un large appel aux consciences en invitant des représentants des différents courants philosophiques et religieux, l’ancien président du conseil européen Herman Van Rompuy, l’économiste Eric De Keuleneer.… Et le mouvement a pris son envol. »

Quatre ans plus tard, l’Asbl a pignon sur rue. Avec une équipe de base constituée d’une dizaine de bénévoles, elle s’est fixé trois objectifs : « promouvoir les valeurs de sobriété, de solidarité et de bienveillance intergénérationnelle et internationale (Nord-Sud) ;développer des actions qui suscitent chez les jeunes le goût et le respect de la nature et la conscience des enjeux écologiques, et faire pression sur les décisions politiques. »

Leur mot clé ? Transmission. Leur boussole ? Un extrait de la déclaration de leurs homologues suisses : « Nous avons le droit, le temps et le devoir de (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Photos : D.R.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Micromobilité :
effet de mode
ou engins d’avenir ?

Vincent de Lannoy Longtemps considérés comme des jouets, les trottinettes, monoroues et autres (...)

Lire la suite

Co-habiter

Sur nos nuques, le souffle des effondrements se fait sentir : survivre nous force à adopter (...)

Lire la suite

Jean-Pierre Dupuy : « Nous sommes au sommet de la rationalité et de la folie »

Jean-Pierre Dupuy, polytechnicien et ingénieur devenu philosophe, est professeur à l’Université (...)

Lire la suite

Joseph Rahall :
Rendre leur terre
aux Sierra-Léonais

Dix ans de guerre ont fait basculer la Sierra Leone dans la pauvreté. Aujourd’hui, ce petit Etat (...)

Lire la suite

Venezuela :
la malédiction
du pétrole

Disettes forcées, résurgence de maladies disparues, fuite massive de populations…, le Venezuela, (...)

Lire la suite

Faire de la Belgique
un Etat hospitalier

Après avoir convaincu soixante-six conseils communaux de s’engager pour les migrants, la campagne (...)

Lire la suite