article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°133 - mai & juin 2019

Un homme, une cause

Joseph Rahall :
Rendre leur terre
aux Sierra-Léonais

Dix ans de guerre ont fait basculer la Sierra Leone dans la pauvreté. Aujourd’hui, ce petit Etat situé à l’ouest de l’Afrique est victime d’accaparements de terres par des firmes étrangères. Avec l’association Green Scenery, l’agronome et journaliste Joseph Rahall se bat contre l’éviction de neuf mille paysans d’une région du sud du pays colonisée par une société luxembourgeoise.


D.R.

« Aucun tribunal ne m’a condamné, insiste Joseph Rahall avec fierté. Certes, j’ai été arrêté et détenu plus d’une semaine, mais je n’ai jamais été inculpé ni traduit en justice. » La vie de ce militant engagé dans de multiples combats est tumultueuse, à l’image de celle de son pays, la Sierra Leone, qui se remet péniblement de dix années de guerre civile.

A la tête d’une organisation de défense de l’environnement et des droits de l’homme, Green Scenery (pays vert), Joseph Rahall tente d’accélérer la transition démocratique de son pays qui figure parmi les trois plus pauvres de la planète.

Avant la guerre, dans les années 90, alors jeune agronome devenu journaliste, il dénonçait l’autoritarisme du parti unique installé au pouvoir. Plus tard, durant le conflit, il réclama inlassablement justice et clémence pour tous les prisonniers, qu’ils soient issus des forces rebelles ou gouvernementales. Après guerre, il reprit la plume pour dénoncer la corruption des élites. Il y a huit ans, cet activiste s’est lancé dans un nouveau combat qui l’anime encore aujourd’hui : dénoncer les manœuvres d’une multinationale qui a évincé de leurs terres des milliers de paysans, affectant aujourd’hui directement plus de 32 000 personnes dans cinquante- deux villages du district de Pujehun au sud du pays.

Un eldorado foncier
Peuplée de quelque six millions d’habitants occupant une surface deux fois supérieure à la Belgique et composée à 75 % de terres arables bercées par un climat tropical humide, la Sierra Leone, à l’ouest de l’Afrique, fait figure d’eldorado foncier. Encouragés par une forte demande mondiale en produits agricoles, des hommes d’affaires sillonnent désormais cet Etat pacifié en quête des meilleures parcelles. Pour lever les réticences des paysans à céder leurs terres, ces investisseurs proposent des (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Micromobilité :
effet de mode
ou engins d’avenir ?

Vincent de Lannoy Longtemps considérés comme des jouets, les trottinettes, monoroues et autres (...)

Lire la suite

Grands-parents
pour le climat :
le réveil des consciences

Ils ont connu la paix de l’après-guerre, les golden sixties, les vertus de l’Etat social actif. (...)

Lire la suite

Co-habiter

Sur nos nuques, le souffle des effondrements se fait sentir : survivre nous force à adopter (...)

Lire la suite

Jean-Pierre Dupuy : « Nous sommes au sommet de la rationalité et de la folie »

Jean-Pierre Dupuy, polytechnicien et ingénieur devenu philosophe, est professeur à l’Université (...)

Lire la suite

Venezuela :
la malédiction
du pétrole

Disettes forcées, résurgence de maladies disparues, fuite massive de populations…, le Venezuela, (...)

Lire la suite

Faire de la Belgique
un Etat hospitalier

Après avoir convaincu soixante-six conseils communaux de s’engager pour les migrants, la campagne (...)

Lire la suite