article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°134 - juillet & août 2019

Les lanceurs d’avenir

We change for life
Des scientifiques dans la Cité

« Fais ce que je dis, pas ce que je fais » : une expression qui pourrait résumer l’un des reproches parfois adressés aux experts en climatologie, biologie et autres sciences environnementales, qui sont pourtant ceux qui préconisent les mesures à adopter pour sauver l’environnement à travers les longs rapports rédigés chaque année. C’est en partie pour pallier cette « dissonance cognitive » que Caroline Nieberding, professeure d’écologie et d’évolution à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve, a décidé de lancer le projet We change for life en octobre 2018 aux côtés de Jean-Pascal van Ypersele, professeur de climatologie et ancien vice-président du GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) et Lucette Flandroy, experte en biosécurité aujourd’hui à la retraite.

« Nous, les chercheurs, menons un mode de vie de riches. Nous consommons beaucoup d’énergie, notamment lorsque nous nous rendons à des conférences à droite et à gauche en avion. De nombreux experts en écologie et en climat sont néanmoins conscients de cette dissonance et cherchent à vivre plus en cohérence », constate l’enseignante, qui estime que les scientifiques devraient davantage faire preuve « d’exemplarité ».

Les trois chercheurs à l’origine du projet ont alors récolté le témoignage de 250 experts belges travaillant autour des questions environnementales dans des domaines transdisciplinaires (biologie, économie, histoire...) dans lequel ils font part de leurs inquiétudes et partagent les solutions qu’ils implémentent dans leur vie quotidienne et celles qu’ils préconisent à échelle systémique.

We change for life cherche également à sensibiliser le grand public à l’urgence d’entrer en action. « On peut poser des gestes très simples et applicables rapidement, comme réduire ses transports en vivant près de son lieu de travail , mieux s’alimenter et acheter moins , explique l’experte de l’UCL, qui a elle-même fait le choix de devenir végétarienne et de prendre le train pour se rendre à son travail.

Une série d’outils est disponible dans le volet « solutions » du site internet créé pour l’occasion. Un forum offre la possibilité aux jeunes de poser des questions autour du climat, questions qui sont alors collectées et retransmises à une communauté d’experts prenant le temps d’y répondre en se basant sur des références scientifiques avérées ; un autre outil permet de se documenter avec des données solides.

L’objectif est clair : rendre accessible une information de qualité et faciliter le dialogue entre les experts et le grand public. « On nous reproche souvent de nous réserver des opinions à titre personnel, de produire des essais complexes et de passer par les élus pour informer la population. A la place, nous devrions plutôt nous adresser directement aux personnes pour qu’elles puissent avoir accès à toutes les informations disponibles et non plus uniquement à celles qu’on veut bien leur accorder », conclut Caroline Nieberding.
Claire Lengrand (st.)

En savoir +
wechangeforlife.org

=> Découvrir d’autres « lanceurs d’avenir » dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Créateurs d’écoles

D.R. Désireux d’innover ou déçus d’un système scolaire qu’ils jugent inadapté, incomplet ou (...)

Lire la suite

Shannon Galpin,
déplacer des montagnes

Féministe, cycliste et auteure, l’américaine Shannon Galpin, 44 ans, a fait de la lutte pour les (...)

Lire la suite