article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Prendre le temps


Publié dans notre magazine n°134 - juillet & août 2019

Culture

La scène invisible

Bruxelles, on le sait peu, est la deuxième ville la plus cosmopolite au monde. Avec ses 184 nationalités différentes, près des deux tiers de ses résidents nés dans un pays étranger ou issus de familles ayant migré, la capitale est un formidable vivier de diversité. Malheureusement, cette multiculturalité est trop peu intégrée dans les politiques culturelles mises en œuvre. En coulisse, se joue pourtant une passionnante scène invisible, avec des artistes issus de l’immigration qui créent, se produisent et drainent un très large public.


Ras El Hanout

Dans l’architecture institutionnelle belge, Bruxelles est une entité spécifique : la culture étant une compétence des Communautés, française et flamande, celles-ci sont représentées en région bruxelloise par la Cocof (Commission communautaire française) et la VGC (Vlaamse gemeenschapscommissie). « Ces deux institutions pensent la culture à Bruxelles comme à Arlon (côté francophone) ou à Maasmechelen (côté flamand), constatent les universitaires Fatima Zibouh et Eric Corijn dans Demain Bruxsels [1]. Cela ne peut convenir à cette ville tellement spécifique où cohabitent des nouveaux Bruxellois venus bien sûr de Flandre et de Wallonie, mais surtout issus des différentes vagues migratoires anciennes ou nouvelles, sans compter les ‘‘expats’’ venus travailler pour les institutions européennes ou internationales. » Forte de ses 184 nationalités différentes, Bruxelles constitue la deuxième ville la plus cosmopolite au monde. Dès lors, est-il encore pertinent de penser en termes de « francophones » et « flamands » sur un territoire si diversifié ? Les contenus des politiques culturelles nées dans les années 1970 ne sont-ils pas aujourd’hui dépassés ?

Côté Communauté française, l’orientation était davantage socioculturelle, avec un large volet consacré à l’éducation permanente  : « Des politiques vraiment remarquables ont été menées et le sont toujours, rappelle Jean-Louis Genard, professeur à l’ULB. Mais, à l’époque, on était essentiellement (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1« Une multiculture urbaine », in Demain Bruxsels – Une vision pour libérer notre ville, ouvrage du collectif Aula Magna, Petite collection Politique, 2019.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Emilie Hache :
« On assiste à l’émergence d’un nouveau récit
plaçant le monde vivant au centre »

D.R. Adepte d’une pensée complexe et indisciplinée, la philosophe française Emile Hache explore, (...)

Lire la suite