article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Publié dans notre magazine n°135 - septembre & octobre 2019

Philocité

Ethique et toc

Faire son examen de conscience, la belle affaire ! Est-ce se sculpter comme une œuvre d’art ou alors ausculter ses vices pour les combattre ? A chacun de choisir son camp !

Pouvons-nous changer, en profondeur ? Devenir plus sereins ou plus justes ? Comment guider notre vie pour qu’elle ne ressemble pas à un chemin hasardeux et sans direction ?

L’éthique, étymologiquement la discipline de l’éthos (en grec : comportement, habitudes, caractère habituel), a eu longtemps cette fonction. Les pratiques par lesquelles on y parvenait – comme l’examen de conscience – nous paraissent sans doute dépassées, mais peut-être serions-nous moins désorientés dans l’existence si nous nous mettions encore à leur école ?

Va te faire voir chez les Grecs !
L’examen de conscience, avant d’être repris dans les pratiques religieuses des chrétiens, était la pratique morale et spirituelle la plus répandue parmi les Grecs et les Romains cultivés, qui y voyaient un moyen de faire l’évaluation quotidienne du bien et du mal accomplis au regard de ses devoirs. Pythagore en propose les lignes directrices en ces termes :
« Ne permets pas que le doux sommeil se glisse sous tes yeux avant d’avoir évalué chacune des actions de ta journée. En quoi ai-je fauté ? Qu’ai-je fait ? Qu’ai-je omis de ce qu’il fallait faire ? Commence par la première à toutes les parcourir. Et ensuite, si tu trouves que tu as commis une faute, gourmande-toi ; mais si tu as bien agi, réjouis-toi  », écrit Pythagore, dans Les vers d’or.

Ainsi pouvait-on mesurer sa progression sur la voie de la perfection, par un partage établi quotidiennement entre l’acte bon et l’acte mauvais.

De son côté, le philosophe Plotin (dans Ennéades, I, 6,9, 7) compare cette évaluation à un (...)

=> Lire l’intégralité de cette chronique dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Pierre Jouventin, écologue :
« L’homme moderne est un animal raté »

Dans son dernier livre d’entretien mené avec l’économiste Serge Latouche, l’écologue et éthologue (...)

Lire la suite

Migrations

Cette lettre est extraite du recueil Moria, chronique des limbes de l’Europe, (180° éditions) (...)

Lire la suite

Gribouille
et l’anthropologie

Notre famille a une nouvelle pensionnaire. Une petite chatte foldingue de six mois, baptisée (...)

Lire la suite