article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Prendre le temps


Publié dans notre magazine n°135 - septembre & octobre 2019

Culture

Bernard Massuir,
le promeneur chantant

Tel un troubadour des temps modernes, le comédien-chanteur Bernard Massuir se lancera dès le 7 septembre dans une Marche des philosophes en treize étapes à travers la Gaume profonde et invitera le public à « ralentir, cheminer, méditer et éliminer » avec lui, avant de dérouler chaque soir dans un village différent un spectacle inédit en solo. Rencontre avec un fabuleux clown chantant qui, depuis trente ans, transmet sa poésie burlesque à tout vent.


Thomas Toussaint

Le 7 septembre, à 7 h 12, il prendra le bus 126A juste en face de chez lui, sur la charmante place de Grand- Marchin. Cent quarante kilomètres plus loin et… cinq heures plus tard – vive les transports en commun wallons  ! –, Bernard Massuir devrait arriver à Lamorteau, en Gaume belge, où le soir même il se produira au lieu-dit Le Pied en Coulisses. Un nom joyeusement prédestiné pour ouvrir le bal de sa tournée inédite Via Vocis Camina Voilà ! (Je chante, tu chantes ? Chantons !).

Ce projet un peu fou est celui d’un troubadour moderne qui, du 7 au 19 septembre, se lancera dans une Marche des philosophes co-organisée par sa compagnie, Les Troyens, le festival international des arts de la rue de Chassepierre et l’Asbl Tribal Souk : treize jours de randonnée, treize représentations organisées dans treize villages que l’artiste rejoindra chaque jour à pied accompagné de « tous ceux qui souhaitent vivre avec [lui] cette grande aventure itinérante » au travers de cette région si paisible et champêtre (Lamorteau, Torgny, Sommethonne, Avioth…).

« Je voyagerai léger, les mains dans les poches, nous prévient l’artiste, gaillard et enjoué, un vendredi d’été caniculaire, confortablement installé à l’ombre de sa magnifique masure du Condroz. J’aurai pour seul bagage ma voix, un costume de scène, mon ukulélé, un poncho contre la pluie…, le strict nécessaire ».

Chaque matin, à 9 h 30, il donnera rendez-vous devant l’église du village à ceux qui souhaitent « cheminer, méditer et éliminer » avec lui. Au rythme de ses pas, des rencontres fortuites, de la nature environnante, le comédien-voyageur proposera alors au public d’échanger, improviser, contempler… « On pourra faire un peu de pleine conscience, écouter les oiseaux et leur répondre, observer les arbres, partager nos lectures, faire de la musique ensemble… Rien n’est décidé, tout est à créer. Une certitude, on mettra nos sens en éveil ! »

Une performance artistique, citoyenne et physique : après chaque marche, Bernard Massuir enfilera ensuite son costume de scène et (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Geneviève Azam :
« La Terre est sauvage,
ingérable, ingouvernable »

Dans sa Lettre à la Terre. Et la Terre répond sortie début septembre au Seuil, l’économiste et (...)

Lire la suite

Festival Voix de femmes

Attention, Voix de femmes est de retour. Pour sa 14ème édition, le Festival poursuit sa (...)

Lire la suite