article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Publié dans notre magazine n°135 - septembre & octobre 2019

LE PAYS PETIT
La chronique de Claude Semal, auteur-compositeur, comédien et écrivain

Gribouille
et l’anthropologie

Notre famille a une nouvelle pensionnaire. Une petite chatte foldingue de six mois, baptisée Gribouille par mon fils, et qui, entre deux cavalcades épileptiques et trois entrechats caprins, traque compulsivement les mouches, les sauterelles, et, plus curieusement, les haricots verts extra-fins. Demain, comme la vieille et douce chatte de la voisine, elle déposera quotidiennement sur notre seuil un oisillon déniché ou un mulot décapité. Son écuelle est pourtant pleine de croquettes Royal Canin – Kitten Second Age (les chats sont des chiens comme les autres).
Mais on devine qu’à travers ces jeux, ces apprentissages et ces offrandes rituelles, c’est l’instinct de chasse des félins qui continue à s’exprimer en elle.
Cette transmission innée de comportements complexes m’a souvent fasciné. Car, à rebours de notre foi dans les vertus de l’éducation, elle suppose que certains de nos gestes et de nos pensées ont été formatés avant même notre naissance.
Or comment construire une morale de la liberté et de la responsabilité si certains de nos actes essentiels nous échappent ?
Cette programmation génétique est particulièrement spectaculaire chez les insectes sociaux, les oiseaux et les poissons migrateurs. Elle inclut en effet de véritables langages et d’extraordinaires capacités de géolocalisation.
Chaque abeille porte ainsi en elle, dès sa naissance, le plan de la ruche, les multiples tâches qu’elle accomplira successivement durant sa courte vie, et les savantes danses cabalistiques qui lui permettront de communiquer avec ses sœurs. « Salut, les filles. Ici Mireille XB078. Il y a un gros tilleul en fleurs à 850 mètres au S-SE. J’en ai plein les pattes. Over. » Et quelle mystérieuse géographie guide-t-elle, à l’autre bout de la Terre, les saumons et les anguilles, les cigognes et les martinets, jusqu’à leur lieu d’hivernage ou de reproduction [1] ? Certes, comparaison n’est pas raison. Le propre de l’espèce

[1On a découvert que le cerveau de certains animaux est sensible aux champs magnétiques terrestres. Cette « boussole » naturelle leur permettrait de s’orienter. Mais cela n’explique pas encore pourquoi et comment ils se rendent irrépressiblement dans un lieu lointain qui leur est individuellement inconnu.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Pierre Jouventin, écologue :
« L’homme moderne est un animal raté »

Dans son dernier livre d’entretien mené avec l’économiste Serge Latouche, l’écologue et éthologue (...)

Lire la suite

Ethique et toc

Faire son examen de conscience, la belle affaire ! Est-ce se sculpter comme une œuvre d’art ou (...)

Lire la suite

Migrations

Cette lettre est extraite du recueil Moria, chronique des limbes de l’Europe, (180° éditions) (...)

Lire la suite