article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Publié dans notre magazine n°136 - novembre & décembre 2019

Bonnes feuilles

Mondialisation et
national populisme

Dans son dernier ouvrage Mondialisation et national-populisme  : la nouvelle grande transformation, à paraître en novembre aux éditions Le Bord de l’Eau/La Muette, notre chroniqueur Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11, spécialiste des relations internationales et enseignant (ULiège, ULB), décrypte avec rigueur, recul et esprit critique, l’émergence de ces « démocraties antilibérales ». Imagine publie ici quelques-unes de ses bonnes feuilles.

Des événements inquiétants se succèdent ces dernières années dans l’actualité internationale. Sur le plan économique, la crise financière de 2008, la plus importante depuis le krach de 1929, a débouché sur une Grande Récession et des politiques d’austérité qui ont plongé des millions de personnes dans le chômage et la pauvreté. Plus de dix ans après la crise, et malgré l’utilisation par les banques centrales du « bazooka monétaire » consistant à injecter des milliers de milliards de liquidités dans le système économique, l’activité reste désespérément faible, à un tel point que certains économistes évoquent l’avènement d’une « stagnation séculaire ».

Sur le plan social, l’ampleur des inégalités mondiales n’est pas sans rappeler celle qui existait en Europe à la Belle Epoque, à la veille de la Première Guerre mondiale. Les 10 % les plus riches concentrent près de 90% du patrimoine mondial, alors que les deux tiers les plus pauvres doivent se contenter de quelques pourcents. Les 1 % les plus riches concentrent à eux seuls un peu plus de la moitié du patrimoine mondial – soit une part supérieure à celle du reste de l’humanité.

Sur le plan environnemental, la combustion croissante d’énergies fossiles et la surexploitation des ressources naturelles ont provoqué des dégâts irréversibles qui provoquent le dérèglement du climat et menacent de disparition des dizaines de milliers d’espèces animales et végétales offrant pourtant des services vitaux à l’humanité. Sur le plan géopolitique, le terrorisme djihadiste, la guerre anti-terroriste et la multiplication des conflits ont provoqué l’exode de millions de réfugiés. La guerre commerciale annoncée par les Etats-Unis a par ailleurs débouché sur une escalade tarifaire avec la Chine et sur de vives tensions diplomatiques qui pourraient mener à une Guerre froide 2.0.

Ces événements s’accompagnent d’une récession démocratique illustrée par l’abstentionnisme, la volatilité accrue des votes des électeurs, le déclin des partis traditionnels, la désaffection envers les libertés démocratiques et l’irruption de mouvements sociaux et de partis politiques « antisystème » qui (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Réparer
les peuples meurtris

Tribunaux pénaux internationaux, commissions vérité et réconciliation, droit coutumier, rituels (...)

Lire la suite

Bruxelles a soif
de cohérence

Pour l’heure, il est difficile de savoir si la formation d’un nouveau gouvernement fédéral (...)

Lire la suite

Les jouets
de la honte

Dans la province de Guangdong, au sud de la Chine, quatre millions d’ouvrières fabriquent une (...)

Lire la suite

La mer du Nord
entre résistance
et résilience

Face à l’inéluctable montée des eaux, la Belgique et les pays de la mer du Nord combinent les (...)

Lire la suite

La complexité,
par-delà les frontières

Un événement local peut avoir un impact à l’autre bout du monde... Mais comment étudier cette (...)

Lire la suite