article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°136 - novembre & décembre 2019

Consommation

Les antipub
s’affichent en ville

Alors que la publicité s’insinue toujours un peu plus dans nos vies en multipliant ses supports de diffusion, notamment grâce à internet, et que les écrans numériques éclosent un peu partout dans les centres urbains, de plus en plus de citoyens ont décidé de résister encore et toujours à « l’envahisseur ». Focus sur le mouvement anti-publicitaire en Belgique.

En septembre de l’année dernière se tenait à Bruxelles le procès d’un militant poursuivi pour avoir détourné des écrans publicitaires du centre-ville dans le cadre d’une mobilisation contre les traités de libre-échange TTIP et CETA. Plusieurs organisations de la société civile et des militants s’étaient rassemblés pour lui apporter leur soutien ; le prévenu obtiendra finalement une suspension du prononcé.

Quelques mois plus tard, à Liège, un individu boutait le feu à la gigantesque bâche publicitaire – près de 180 m2 – qui se dressait depuis peu devant la gare des Guillemins, sous les yeux ébahis des Liégeois contemplant la scène.

Dans d’autres villes belges, comme aux quatre coins du monde, les actions de lutte anti-publicitaire se multiplient. Avec de nouvelles formes de contestation et de pratiques.

Brandalism au Royaume-Uni, Adbusters au Canada, Subvertisers à l’échelle de la planète… Leurs modes opératoires varient selon les lieux et les courants. Les uns optant pour l’ « artivisme », d’autres pour le recouvrement d’enseignes ou le « barbouillage / badigeonnage » des panneaux, à la lisière d’actions de désobéissance civile. Chez nos voisins français, Paysages de France traque depuis 1992 les panneaux publicitaires installés illégalement dans l’espace public pour tenter de les faire retirer par voies légales et ainsi préserver l’esthétique du paysage.

De son côté, le collectif des Déboulonneurs, créé en 2005, a choisi d’agir plus frontalement en barbouillant les publicités, avec une exigence claire : limiter les réclames à des dimensions raisonnables (50 x 70cm) et (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Photo : D.R.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Des Racynes et des ailes

Lutter contre les inégalités sociales en retissant des liens sur fond de transition écologique, (...)

Lire la suite

Contre l’IKEAïsation
des esprits

Changer nos habitudes de consommation sera-t- il suffisant pour affronter les transformations (...)

Lire la suite

Les routes
de la discorde

Incivilités, coup de klaxon, insultes… La cohabitation entre voitures et vélos est parfois tendue. (...)

Lire la suite

Coup de balai
citoyen

Cinq ans après l’insurrection populaire survenue au Burkina Faso, la société civile poursuit son (...)

Lire la suite

Veronica Serafini :
Haro sur la fraude fiscale

Economiste et chercheuse au Paraguay, Veronica Serafini dénonce l’incapacité des gouvernements (...)

Lire la suite

Stress, tresse
et détresse

stephane_p Je ne sais si l’action de Greta Thunberg fera baisser d’un dixième de degré la (...)

Lire la suite