article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°136 - novembre & décembre 2019

Une femme, une cause

Veronica Serafini :
Haro sur la fraude fiscale

Economiste et chercheuse au Paraguay, Veronica Serafini dénonce l’incapacité des gouvernements latino-américains à taxer les grosses entreprises et les ménages riches. Après avoir enquêté sur le travail de son administration fiscale, elle va à la rencontre des classes populaires et rurales pour leur rappeler combien il est injuste qu’elles soient les premiers contribuables du pays.


J.-F.P.

« En Europe, quand vous dites « fraude fiscale », vous pensez à Google ou Apple [1]. Chez nous en Amérique latine, avec nos économies tournées vers l’extraction minière, nous pensons à Glencore, le géant anglo-suisse ou encore aux producteurs de soja qui exportent à leur manière les richesses de notre sol », s’exclame Veronica Serafini, chercheuse engagée au sein du Centre d’analyse et de diffusion de l’économie paraguayenne.

Et l’économiste de défendre bec et ongle la collecte de l’impôt : « Celui-ci finance l’action publique, réduit les inégalités et rend les sociétés plus cohérentes. Or nos gouvernements éprouvent de grosses difficultés à le percevoir. Nous avons accordé de généreuses réductions d’impôt aux entreprises étrangères, nous avons installé des zones franches exonérées de taxe et cela ne suffit pas, les fraudes restent massives. »

Selon ses calculs, chaque année, un peu plus de 200 milliards de dollars quittent illégalement l’Amérique latine. « Environ 20 % de ces détournements sont engagés pour alimenter la corruption, les trafics de drogue, d’armes et d’êtres humains et 80 % sont liés à l’évasion fiscale et à la délinquance financière. »

Plutôt que d’imposer les entreprises et les ménages riches, les Etats latinos se financent via la TVA, plus facile à lever, car elle est perçue auprès du consommateur. « En Amérique latine, la taxe sur la valeur ajoutée représente 28 % de l’ensemble des prélèvements, contre 20 % en moyenne dans les pays riches. Or celle-ci touche indistinctement riches et pauvres et apparaît nettement plus injuste qu’une taxe progressive sur le revenu. »

Pourquoi le continent sud-américain rencontre-t-il autant de difficultés à lutter contre la fraude en col blanc ? « Le rapport de force joue nettement en notre défaveur, avance la jeune économiste. Au niveau local, nous avons le plus grand mal à (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1Ces deux entreprises ont été au coeur de deux gigantesques affaires de fraude fiscale en Europe. En août 2016, la Commission européenne exigeait d’Apple le remboursement de 13 milliards d’euros de ristournes abusivement accordées par le fisc irlandais. Pendant seize ans, les bénéfices d’Apple n’avaient été taxés qu’à hauteur de 2 % alors que le taux d’imposition légal des entreprises en Irlande est de 12,5 %. En septembre dernier, Google a dû verser près d’un milliard d’euros pour mettre fin aux poursuites judiciaires lancées par le fisc français. Le géant américain avait déjà passé de tels accords avec d’autres pays européens notamment le Royaume-Uni et l’Italie. La firme a attiré l’attention des administrations fiscales en 2017 lorsqu’il est apparu qu’elle avait soustrait 20 milliards d’euros de l’impôt par une baisse artificielle de son chiffre d’affaires en Europe. La société s’acquittait d’hypothétiques droits de propriété intellectuelle auprès d’une de ses filiales basées en Irlande, filiale qui elle-même transférait ses revenus vers une société-écran aux Pays-Bas reversant ses fonds à une entreprise contrôlée depuis les Bermudes, un paradis fiscal.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Des Racynes et des ailes

Lutter contre les inégalités sociales en retissant des liens sur fond de transition écologique, (...)

Lire la suite

Contre l’IKEAïsation
des esprits

Changer nos habitudes de consommation sera-t- il suffisant pour affronter les transformations (...)

Lire la suite

Les antipub
s’affichent en ville

Alors que la publicité s’insinue toujours un peu plus dans nos vies en multipliant ses supports (...)

Lire la suite

Les routes
de la discorde

Incivilités, coup de klaxon, insultes… La cohabitation entre voitures et vélos est parfois tendue. (...)

Lire la suite

Coup de balai
citoyen

Cinq ans après l’insurrection populaire survenue au Burkina Faso, la société civile poursuit son (...)

Lire la suite

Stress, tresse
et détresse

stephane_p Je ne sais si l’action de Greta Thunberg fera baisser d’un dixième de degré la (...)

Lire la suite