article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Publié dans notre magazine n°136 - novembre & décembre 2019

Ethologie

Les chants du monde

Dans son dernier opus Habiter en oiseau (Actes Sud), la philosophe et éthologue Vinciane Despret mène une enquête scientifique et poétique exaltante. Au départ de quelques notes sifflotées par un merle urbanisé, la voici les oreilles collées sur cette terre qui « gronde, grince, et chante également ». Conversation entre deux ailes avec une adepte de l’écologie de l’attention qui croise avec brio les disciplines et ouvre grands les imaginaires.

En pénétrant, tout ouïe, dans l’une des charmantes impasses qui traversent le cœur historique de Liège, nous guettons le chant « si proche de la parole » de ce fameux merle noir qui, à l’aube du printemps, tira Vinciane Despret de sa torpeur.

Hélas, point de passereau à portée d’oreille, mais au fond de la ruelle, l’éthologue nous accueille, fidèle à elle-même, enjouée et généreuse, aux côtés d’Alba, sa chienne au grand collier. « Il n’est pas là aujourd’hui, mais il revient quelquefois », nous console-t-elle.

De ce chant créateur, et tout autant des silences qui l’accompagnent, la philosophe de l’ULiège ne sortira pas indemne : cette manière d’être du merle, ce langage d’une extrême beauté « dont chaque mot importe » va la conduire, parmi d’autres inspirations ovipares, à écrire de sa plus belle plume Habiter en oiseau sorti cet automne chez Actes Sud, une enquête scientifique et poétique exaltante, à la croisée des chemins de la biologie, de l’ornithologie et de l’éthique.

De cet opus de 205 pages, le lecteur ressort ravi, les tympans grands ouverts, plus attentif que jamais aux sons de la nature, fasciné d’apprendre combien les oiseaux déploient de trésors d’intelligence, de finesse et de dextérité pour communiquer, occuper, partager et défendre un territoire, développer des stratégies pour s’accoupler, construire leur nid, protéger leurs petits et dénicher de la nourriture.

Le tout avec cette méthode que la philosophe pratique avec brio dans l’ensemble de ses travaux depuis plus de trente ans : l’art et la science du contre-pied, une manière bien à elle d’éviter les pièges de (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Photo : cc gman25

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Ecoanxiété :
malades d’un monde malade

L’écoanxiété a frappé d’abord les chercheurs spécialisés dans les questions environnementales, puis les (...)

Lire la suite

Méditer,
une pratique philosophique ?

Ressentir ou réfléchir ? Se retrancher du monde ou se confronter à l’exercice des idées ? Derrière (...)

Lire la suite

Starhawk
et les sorcières anticapitalistes

L’écoféministe américaine Starhawk était de passage en Belgique mi-septembre. Imagine est allé à la (...)

Lire la suite