article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Publié dans notre magazine n°137 - janvier-février 2020

Politique, par Jean Faniel, directeur du Crisp

Freiner pour avancer
(ses pions)

Le rythme de la politique est souvent fait d’à-coups. Un dossier peut traîner pendant un long moment puis se débloquer subitement pour l’une ou l’autre raison. Dans certains cas, le retard est délibéré, qu’il soit voulu par le promoteur du projet ou par un autre acteur. Freiner l’avancement d’un dossier peut ainsi répondre à des visées stratégiques.

A l’été 2019, la formation des gouvernements régionaux et communautaires a mis nettement plus de temps que d’habitude dans plusieurs entités. Certes, la situation politique est apparue compliquée après un scrutin multiple et historique à plus d’un titre. Mais l’attitude des acteurs appelés à négocier a aussi influencé le rythme de ce processus.

Lors de la formation des gouvernements wallon et de la Communauté française, le retrait relativement rapide du CDH et du PTB a fortement réduit l’éventail des coalitions possibles. Le parti de gauche radicale a été accusé par ses concurrents et par des acteurs du monde associatif et syndical d’avoir plutôt privilégié ses intérêts propres au détriment de ceux de la gauche wallonne et francophone. Il est vrai que les dirigeants du PTB sont clairs à cet égard : une participation gouvernementale n’est envisageable que dans le cadre d’un rapport de force favorable, qui doit se construire par la lutte sociale, d’une part, et par un renforcement électoral et humain du parti, d’autre part.

Le caractère national du PTB et son implantation inégale à travers le pays poussent aussi ses responsables à prendre le temps de construire une organisation solide, au risque peut-être de rater le coche d’une coalition des gauches qui pourrait ne plus être faisable à l’avenir. Freiner maintenant pour mieux avancer la fois prochaine s’avèrera-t-il payant ?

A l’inverse, le CDH est en recul électoral et est l’héritier d’un ancrage politique large et solide. Mais il partage avec le PTB l’idée qu’il valait mieux passer son tour cette fois pour revenir plus fort après un prochain scrutin. Là aussi, il s’agit d’un pari sur l’avenir. Après ces désistements, une nouvelle page de l’histoire de la formation des gouvernements s’est écrite, répondant au nom de coquelicot. Il pouvait a priori paraître étrange que (...)

=> Lire l’intégralité de cette chronique dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Transition écologique et solidaire :
le pouvoir des femmes

Elles ont opté pour l’écoféminisme, les « petits gestes » au quotidien, la création d’une start up ou (...)

Lire la suite

Les incohérences des droits de propriété intellectuelle

Loin de favoriser la recherche et l’innovation, le renforcement sans précédent des droits de (...)

Lire la suite

Banques en mutation

D’un côté, les banques privées font un maximum de publicité autour de leurs fonds dits « (...)

Lire la suite

La Tunisie en état
de stress hydrique

La Tunisie a soif dans le Sud et boit la tasse dans le Nord. Percutée par le dérèglement (...)

Lire la suite