article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Publié dans notre magazine n°137 - janvier-février 2020

Finance

Banques en mutation

D’un côté, les banques privées font un maximum de publicité autour de leurs fonds dits « responsables » (Aberdeen), « sustainables » (Crelan, Belfius), « climate » (Candriam, KBC) ou « green » (BNP Paribas Fortis), mais continuent à financer des investissements très peu éthiques et destructeurs pour la planète. De l’autre, la finance alternative a le vent en poupe avec, notamment, l’incroyable aventure NewB (70 000 coopérateurs, 340 associations). Coup d’œil sur ce monde bancaire en pleine mutation.


Attac

« Les citoyens votent également avec leur argent, et ils le savent, se félicite Annika Cayrol, chercheuse au réseau Financité. Ils sont de plus en plus nombreux à réclamer que leurs placements soutiennent des projets économiques constructifs. » Le récent succès de la levée de fonds de la banque coopérative NewB a encore illustré l’intérêt des citoyens pour une finance responsable et participative. Et le dernier rapport de Financité consacré aux investissements socialement responsables note que ceux-ci ont atteint, en 2018, un encours record de 42,85 milliards d’euros.

Inconnus il y a vingt ans, les investissements socialement responsables suscitent désormais l’intérêt des grandes institutions financières, dont l’offre regorge désormais de fonds « responsables » (Aberdeen), « sustainables » (Crelan, Belfius), « climate » (Candriam, KBC) ou « green » (BNP Paribas Fortis).

Démarche réellement citoyenne, éco-blanchiment ou réorientation stratégique ? « Les banques ont compris qu’elles devaient elles aussi mettre en avant les investissements durables pour convaincre leurs clients d’orienter leurs liquidités vers d’autres placements. Il s’agit pour elles d’alléger les masses d’argent qui s’accumulent sur les comptes d’épargne et qui commencent à les déstabiliser », analyse Christel Dumas, professeur à l’ICHEC Brussels Management School.

Ces fonds durables répondent à des critères définis par l’association belge des gestionnaires de fonds (Belgian Asset Managers Association) mise en place par le secteur bancaire lui-même. Ces gestionnaires ciblent les entreprises les mieux (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Transition écologique et solidaire :
le pouvoir des femmes

Elles ont opté pour l’écoféminisme, les « petits gestes » au quotidien, la création d’une start up ou (...)

Lire la suite

Freiner pour avancer
(ses pions)

Le rythme de la politique est souvent fait d’à-coups. Un dossier peut traîner pendant un long (...)

Lire la suite

Les incohérences des droits de propriété intellectuelle

Loin de favoriser la recherche et l’innovation, le renforcement sans précédent des droits de (...)

Lire la suite

La Tunisie en état
de stress hydrique

La Tunisie a soif dans le Sud et boit la tasse dans le Nord. Percutée par le dérèglement (...)

Lire la suite