article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°137 - janvier & février 2020

Combat de là-bas

Maricela Vásquez :
violences aveugles

A Ciudad Juárez, l’avocate mexicaine Maricela Vásquez se bat contre les féminicides et toutes les formes de violence qui frappent cette ville frontalière d’1,3 million d’habitants où s’échouent des milliers de migrants bloqués sur leur route vers les Etats-Unis.


P.B.I.

« Ciudad Juárez est traversée par toutes les violences liées à la présence d’une frontière séparant riches et pauvres : trafic de drogue, traite des femmes, exploitation des migrants en attente de visa… » Maricela Vásquez vit dans cette métropole mexicaine d’1,3 million d’habitants réputée parmi les plus dangereuses au monde et séparée par un immense grillage d’El Paso, dans l’Etat du Texas, aux Etats-Unis.

La jeune femme exerce le difficile métier d’avocate pour le Paso del Norte Human Rights Centre, une association de défense des droits humains qui dénonce depuis dix-huit ans la violence des cartels de la drogue, l’impunité des criminels et la corruption des forces de sécurité publique.

« Nous défendons les victimes de l’arbitraire de la police, accompagnons les familles qui cherchent un parent enlevé par les narcotrafiquants et luttons contre un autre fléau : les féminicides. Ces meurtres de femmes commis parce qu’elles sont femmes touchent particulièrement notre ville », explique Maricela Vásquez. Entre 1993 et 2013, 1 441 féminicides ont ainsi été enregistrés à Ciudad Jùarez sans que les auteurs ne soient véritablement inquiétés. « Aujourd’hui, nous déplorons cinq meurtres en moyenne chaque jour, tous sexes confondus. Pour le seul mois d’août dernier, on a comptabilisé 151 assassinats. »

Les vagues de violence qui frappent cette ville frontalière suivent les métamorphoses du Mexique. Dans les années 1990, les premiers meurtres étaient liés à la soudaine projection de ce pays émergent dans la mondialisation. L’Alena, les accords de libre-échange liant depuis 1994 le Mexique aux Etats-Unis et au Canada, a entraîné une industrialisation brutale des villes frontalières avec (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


I.Care,
aux petits soins

Depuis 2015, l’Asbl I.Care a développé un laboratoire d’innovation en santé & milieux fermés et (...)

Lire la suite

La honte de voler

Les Allemands disent « flugscham », les Néerlandais « vliegschaamte » et les anglophones « flight (...)

Lire la suite

L’hydrogène vert,
un combustible d’avenir

L’hydrogène permet de stocker l’électricité verte et de décarboner de nombreuses industries. (...)

Lire la suite

Issa Aboubacar,
le porte-voix des mineurs irradiés

Au Niger, cinquième producteur d’uranium mondial, le minerai est extrait dans des conditions (...)

Lire la suite

Lun Zhang :
de la révolte de Tiananmen à Hong Kong

Ecrasé dans un bain de sang par le régime chinois, à Hong Kong le 4 juin 1989, le mouvement (...)

Lire la suite

Transports
et retraites

Le mariage de l’iPhone et de Facebook nourrit presque quotidiennement, sur le fil de mon actu, (...)

Lire la suite