article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Publié dans notre magazine n°137 - janvier-février 2020

Philocité

Fermez les yeux,
pensez à quelque chose...

Sommes-nous libres de penser ? Mais qu’est-ce que penser, finalement ? Nos pensées s’opposent-elles à nos émotions ? Pour tenter de le comprendre, voici un petit exercice de méditation philosophique.

Après avoir traité dans notre dernière chronique (Imagine 136 nov/déc 2019) de la méditation dans la tradition philosophique, je vous suggère d’expérimenter concrètement une autre technique. Cette méditation porte sur la pensée. Elle consiste à questionner l’acte permanent de notre esprit autour de ces questions : sommes-nous libres de penser ? Pouvons-nous diriger notre pensée ? Qu’est-ce au juste que penser ? Existe-t-il des modalités distinctes ? Pensées et émotions s’opposent- elles, comme le rationnel et l’affectif ? Je vous propose un parcours intuitif dans les méandres de nos expériences quotidiennes de la pensée, voyage conçu pour nous émerveiller de la puissance de notre esprit – et la questionner !

Le secret de la pensée
Fermez les yeux, pensez à quelque chose. Peut-être suivez-vous mon instruction ; je ne peux pas le savoir. Si vous l’avez suivie, je n’ai aucune idée de ce à quoi vous pensez. C’est secret, c’est à vous, intime, propre, personnel. La première caractéristique de la pensée, c’est cet aspect caché, privé. On peut alors considérer que la pensée est libre au sens où ces pensées que vous venez d’avoir vous sont propres et que personne n’y a accès, sauf si vous décidez d’en parler, ou peut-être aussi si vous êtes particulièrement transparent ou tellement bien décodé par l’un de vos proches, qui « lit dans vos pensées ».

Vous pensez ainsi, discrètement, toute la journée. La pensée peut s’éprouver comme une liberté d’autant plus importante que c’est une activité constante, dont personne ne sait rien ou presque. Cet aspect secret de la pensée a cependant son versant négatif : c’est parfois inquiétant pour l’autre. C’est ainsi que l’on se surprend parfois à interroger l’autre avec un brin d’inquiétude  : « Dis, tu penses à quoi ? »

Sait-on qu’on pense ?
Et comment on pense ?

Vous pensez donc en permanence sans que personne ne le sache, pas même vous d’ailleurs le plus souvent. Votre pensée vous rend attentif à ses objets, mais pas à elle-même. Vous pensez à la soupe que vous mangez, et non au fait que vous y pensez. Vous ne savez donc probablement pas grand-chose de comment vous (...)

=> Lire l’intégralité de cette chronique dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Coexister avec les loups

Eradiqué depuis la fin du 19e siècle, le loup refait sa tanière en Belgique. Après avoir tardé à (...)

Lire la suite

Reboiser,
la solution climatique ?

Planter des arbres pour atténuer le dérèglement climatique ? Cette recommandation régulièrement (...)

Lire la suite

Corinne Morel Darleux :
« Pour reconstruire un horizon, il faut nourrir notre puissance d’agir »

Dans Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce (Libertalia), un essai philosophique (...)

Lire la suite