article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Salée la rentrée !

A qui profite la montée des prix ?

La hausse des prix alimentaires chamboule le secteur agricole. Et frappe le consommateur au portefeuille ? Plus ou moins, selon les revenus et les façons de consommer. Qu’est-ce qui se cache derrière cette valse des étiquettes ? Et comment les prix pourraient-ils évoluer ?

Vue du fond du caddie, la rentrée fut salée. La valse des étiquettes avait discrètement démarré durant l’été, avant de s’emballer en septembre, mois traditionnel des hausses de prix. Celles-ci se concentrent sur le rayon alimentaire : pommes de terre, pâtes, viande de veau, lait, boulangerie, bière. Le mouvement se poursuivra au moins jusqu’à la fin de l’année : les fromages augmenteront à mesure de leur affinage. La dinde et les volailles spéciales changeront d’étiquette juste avant Noël.

Les acteurs de la chaîne alimentaire considèrent que le caddie devrait rester durablement plus cher. « Ces hausses reflètent la réduction des inégalités dans le monde, constate l’économiste du monde rural, Jean-François Sneessens. Des pays émergents, rendus solvables par leur décollage économique, réclament désormais une nourriture abondante et de bonne qualité, ce qui pèse sur les cours. A cette tendance de fond, s’ajoutent cette année des éléments ponctuels, comme les mauvaises récoltes en Australie et en Ukraine. Mais ces accidents ne devraient plus se reproduire. » Il y a 20 ans l’explosion des inégalités avait, à l’inverse, considérablement déprimé les prix. « Les producteurs européens vendaient leur blé à un prix inférieur à son coût de production, se désole l’économiste. Ils tenaient le coup grâce aux subventions européennes. Aujourd’hui, les prix correspondent plus à la réalité des coûts. »

(...)

<td style="vertical-align: top; background-color: rgb(256, 256, 256);"><font style="font-weight: bold;" face="Verdana, sans-serif">Lire cet article (3 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2