article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Fost Plus

Ce « point vert » qui ne veut rien dire

L’édifiante histoire d’un petit Point Vert en quête de sens. Ou tout ce que vous devriez savoir sur la filière du recyclage en Belgique mais que l’on ne vous a jamais dit.

Depuis le milieu des années 90, un pictogramme vert, image hybride hésitant entre le serpent qui se mord la queue et une déclinaison de la symbolique yin-yang, apparaît sur la majorité des emballages vendus en Belgique. C’est le fameux Point Vert. Aujourd’hui omniprésent, il jouit d’une enviable célébrité mais cherche pourtant toujours un sens à sa vie... Explications.

Le Point Vert ? Cela veut dire qu’on paie !

Il y a un peu plus de dix ans, le 30 mai 1996, les trois Régions du pays signèrent le premier Accord de coopération sur la prévention et la gestion des déchets d’emballages, qui transposait, dans la règlementation belge, une directive européenne visant à éviter ou à diminuer les effets des déchets d’emballages sur l’environnement. Un an et demi plus tard, le 23 novembre 1997, la Commission interrégionale de l’emballage (CIRE) était créée pour assurer la mise en œuvre de cet accord. Parmi ses missions essentielles : l’agréation des organismes pouvant prendre en charge les obligations de reprise imposées aux producteurs d’emballages. C’est ainsi que Val-I-Pac se vit confier la gestion des emballages industriels, tandis que Fost Plus recevait celle des emballages ménagers.

Imaginé en 1994 par les industries alimentaires et les entreprises de grande distribution, en réaction aux écotaxes frappant les emballages de boissons, Fost Plus s’était attaché à développer des filières de collecte et de traitement des bouteilles, canettes et cartons à boissons. Il était donc assez logique qu’il bénéficie de l’agrément de la CIRE pour poursuivre et développer ce travail dans le cadre défini par l’accord de coopération. Quel rapport avec notre petit Point Vert, vous demandez-vous ? Patience, on y arrive...

Constituée en association sans but lucratif, Fost Plus compte, à l’heure actuelle, une cinquantaine de membres associés (des producteurs et importateurs d’emballages ou de matériaux d’emballages, mais aussi des enseignes de distribution et des fédérations professionnelles) représentant au total près de 6.000 entreprises. Pour témoigner de leur adhésion à Fost Plus, et de ce qu’une redevance lui a bien été payée au prorata du volume total d’emballages mis sur le marché, ces entreprises affichent le Point Vert sur leur production. Point Vert qui n’est rien d’autre que le logo de Fost Plus. Et c’est là que réside le problème existentiel de ce Point Vert : il n’est qu’une image dépourvue de sens, un signe d’appartenance qui ne confère pas pour autant à celui qui l’arbore une quelconque identité...

(...)

<td style="vertical-align: top; background-color: rgb(256, 256, 256);"><font style="font-weight: bold;" face="Verdana, sans-serif">Lire cet article (2 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2