article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Aide publique au développement

30 pays en aident 140

L’humanité consacre 100 milliards de dollars à la lutte contre la pauvreté dans le Sud. Le développement marque incontestablement des points. Mais la complexité de la gestion de l’aide dépasse parfois les capacités des administrations du Sud.

Il est loin le temps où les coopérants retroussaient leurs manches pour aller creuser des puits au Sahel. Il y a belle lurette que les cadres locaux, formés sur place, exécutent eux-mêmes ces tâches. Aujourd’hui, la coopération représente essentiellement un transfert de fonds destinés à soutenir l’action locale. Un pactole qui se monte, mine de rien, à 100 milliards de dollars, prélevés auprès des pays du Nord et régulés par des conférences internationales aux noms aussi impénétrables que « G8 », « Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide » ou « déclaration du Millénaire ».

Cent milliards c’est à la fois énorme, dix fois le PIB de la Tanzanie, mais également très peu, sept fois moins que les fonds récemment promis par le seul gouvernement américain pour sauver le système financier US. En presque 50 ans d’existence [1] les missions de l’aide publique au développement (APD) se sont élargies. Au départ, l’aide devait traquer la pauvreté et transférer vers le Sud les technologies qui soutiendraient son développement. Aujourd’hui, l’aide doit également relancer l’agriculture et les activités industrielles, consolider les administrations publiques des Etats et construire une société civile. Un vaste programme. Et qui marque des points.

Depuis l’an 2000, 3 millions d’enfants supplémentaires survivent chaque année, 41 millions d’enfants supplémentaires, dont beaucoup de fillettes, ont pris le chemin de l’école et la vaccination sauve chaque année 2 millions de personnes. Mais des progrès restent à faire : 1,4 milliard de personnes vivent encore dans la grande pauvreté, tandis que la hausse des prix agricoles menace des millions de familles fragilisées.

(...)

Lire cet article (2 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

[1L’aide au développement s’est mise en place au lendemain de l’accession des anciennes colonies à l’indépendance, dans les années 60. Il s’agissait alors d’éviter la rupture avec ces nouvelles nations en accompagnant leurs premiers efforts de développement. En Belgique, la transition entre l’ancienne administration coloniale et celle de la jeune coopération au développement s’est opérée via l’Office de la coopération internationale, administration spécialement créée en 1962 et qui reprenait des anciens fonctionnaires du ministère des Colonies et des agents rapatriés d’Afrique. Il faudra attendre 1971 pour que cette administration entre dans la modernité, avec la création de l’Administration générale de la coopéraion au développement, qui se transformera en 1999 en Direction générale à la coopération au développement.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2