Aller directement vers le contenu

Chronique

A boulet rouge

Faites dérouler pour voir la suite

Collage de Lisette Lombé

Une chronique de Lisette Lombé, autrice, slameuse, collagiste, militante pour les droits des femmes.

Prenez le post écrit par vos soins, le plus liké ou le plus partagé sur vos réseaux sociaux, entre le printemps et aujourd’hui (si tant est que vous utilisiez ces lieux de communication). Relisez-le calmement et demandez-vous ce qui, dans ce post-là, a fait à ce point écho, à ce point miroir à d’autres sensibilités. Réalisez cet exercice, de préférence, un jour de grande remise en question de votre engagement citoyen.

Le 12 juin 2020, je lis : « Il ne s’agit pas de réécrire l’Histoire de la Belgique. Il s’agit d’accepter la fin d’une époque où la narration des événements se confondait avec le seul point de vue des anciens colonisateurs. Il ne s’agit pas de brûler les manuels scolaires, d’en arracher des pages. Il s’agit d’enrichir les éditions existantes et de débloquer des moyens pour que les enseignant.e.s se sentent légitimes et outillé.e.s dans leur rôle de passeurs, passeuses de cette nouvelle mémoire collective. Il ne s’agit pas de frénésie subite et contagieuse de déboulonnage, de lubie, d’enfantillages, de vandalisme gratuit, du retour de cette bonne vieille sauvagerie. Il s’agit de désobéissance civile, de momentum, de convergence des luttes, de la partie spectaculaire d’un combat opiniâtre pour décoloniser les imaginaires et l’espace public. Il ne s’agit pas de culpabiliser les Blanc.he.s pour les exactions commises dans le passé par un roi, un appareil d’Etat et tous ses petits bras armés. Il s’agit d’accepter la fin d’une époque où l’on pouvait prétendre ingénument que “tout cela, c’est du passé”, où l’on pouvait faire l’autruche quant à ses privilèges hérités, où il suffisait de dire “je ne suis pas raciste” pour que l’Autre ferme sa gueule. Il ne s’agit pas de rentrer dans notre pays, de dégager si ça ne nous plait pas, de nous occuper de nos dictateurs africains plutôt que de venir remuer la merde en Belgique. Il s’agit d'être chez nous, de vivre chez nous, dans notre pays, la Belgique. Il s’agit de pouvoir critiquer nos institutions comme chaque citoyen.ne peut critiquer ses institutions. Il s’agit de pouvoir choisir ses moyens d’action sans être traité.e.s de singes. Il s’agit d'être respecté.e s et non d'être aimé.e.s. Il s’agit de justice et de réparation. Il s’agit que la génération suivante puisse être fière d’elle-même, de nous, de son passé et puisse s’asseoir bien confortablement le cul entre deux chaises. Il s’agit que mes enfants, que mes fils, que ma fille ne vivent jamais ce que j’ai vécu et ce que je vis. »

Collage Lisette Lombé

« Comment dialoguer avec des personnes que la couleur de nos peaux fait gerber ? »

Le 12 juin, c’est cinq jours après le grand rassemblement, à Bruxelles, pour honorer la mémoire de Georges Floyd et dénoncer les violences policières. Cinq jours de radicalités qui s’affrontent. Cinq jours qui annoncent un été de secousses. Sur les réseaux sociaux, ça tire à boulets rouges, ça balance de la rage, ça canarde, ça snipe de partout. Dans mes calepins, dans mes brouillons, c’est une écriture de bourgeon qui peine à retrouver le chemin de la lumière. C’est une écriture de soutien à distance, un « Qui m’aime me suive ! ». C’est une écriture de guet, de passages métisses, de zones grises. C’est une écriture qui questionne les possibilités réelles de rencontres et d’échanges. Comment dialoguer avec des personnes que la couleur de nos peaux fait gerber ? Comment dialoguer avec des personnes dont les coeurs sont emplis d’une caillasse toute prête à être jetée sur la tête de nos enfants, sur l’IVG, sur les voiles et sur les marches des fiertés ? Comment ne point basculer du comment dialoguer au pourquoi dialoguer ? Comment protéger âtre et âme contre la violence des discours haineux ? Comment empêcher la multiplication des micro-agressions quotidiennes de dézinguer notre capacité de résistance ? Comment respecter nos limites avant que ne s’installe la lassitude ? Comment oser demander de l’aide à nos camarades de lutte ? Comment prendre soin de nous comme nous prenons soin des autres ?

Partager sur Facebook

Retour

Imagine est un éditeur indépendant. Il vit en priorité grâce à ses lecteurs. Abonnez-vous et contribuez au développement d’un projet de presse original, alternatif et sans but lucratif.

S’abonner