article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Publié dans notre magazine n°137 - janvier & février 2020

Rencontre

Corinne Morel Darleux :
« Pour reconstruire un horizon, il faut nourrir notre puissance d’agir »

Dans Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce (Libertalia), un essai philosophique roboratif, la militante écosocialiste Corinne Morel Darleux défend le « refus de parvenir » et la « dignité du présent » pour affronter le naufrage écologique et social en cours. Dialogue avec une ex-consultante d’un cabinet conseil qui a passé dix ans en politique, avant de devenir terrienne dans le Vercors.

« Je continue sans escale vers les îles du Pacifique parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme », annonce Bernard Moitessier dans un message daté du 18 mars 1969 lancé sur la passerelle d’un pétrolier à l’aide d’un lance-pierre. Le navigateur français est en mer depuis sept mois et sur le point de remporter le Golden Globe, la première course de vitesse en solitaire autour du monde sans escale et sans assistance.

En absolue symbiose avec l’Océan Atlantique et les éléments, il renonce alors à la victoire et à la gloire, et met le cap sur la Polynésie. Seul, à bord du Josuha, son fidèle voilier, il se dirige « là où les choses sont simples ». Deux ans plus tard, il écrira La Longue Route, un récit autobiographique où il dénoncera le fléau du monde moderne qu’il qualifie de « Monstre », qui « détruit notre terre » et « piétine l’âme des hommes ».

Cette histoire de « perdant magnifique » va littéralement précipiter Corinne Morel Darleux « dans les bras de Moitessier ». Elle décide à son tour de se lancer dans une folle traversée : raconter le naufrage de notre société « obscène et obèse » en train de « s’effondrer sous son propre poids » au travers d’un essai philosophique tonifiant au titre incantatoire : Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce.

A 46 ans (depuis le 1er octobre dernier), cette ancienne diplômée de l’Ecole supérieure de commerce de Rennes devenue par la suite militante écosocialiste, s’appuie sur son parcours professionnel hors normes pour rédiger un petit manuel mipoétique mi-politique qui, depuis sa sortie en juin 2019, suscite l’admiration et la curiosité de milliers de (...)

=> Lire l’intégralité de cette rencontre dans notre magazine.

Photo : Yann Levy / studio Hans Lucas

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Coexister avec les loups

Eradiqué depuis la fin du 19e siècle, le loup refait sa tanière en Belgique. Après avoir tardé à (...)

Lire la suite

Reboiser,
la solution climatique ?

Planter des arbres pour atténuer le dérèglement climatique ? Cette recommandation régulièrement (...)

Lire la suite

Fermez les yeux,
pensez à quelque chose...

Sommes-nous libres de penser ? Mais qu’est-ce que penser, finalement ? Nos pensées (...)

Lire la suite